AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci à vous !
Deux semaines après l'ouverture du forum, il ne désemplit pas et la partie RP est toujours aussi active ! On vous aime
On continue...
N'oubliez pas, un petit vote toutes les deux heures pour faire connaître le forum,
et faire gagner des points à vos maisons en le signalant ICI
Le jaune poussin c'est moche !
Les Valmont commençant d'être très nombreux, essayez de privilégier les autres maisons
Fil d'actualité
Pour être au courant des petites nouveautés du forum arrivées entre deux maintenances,
n'oubliez pas de suivre le FIL D'ACTUALITE

Partagez | 
 

 ∞ I belong to my beloved, and my beloved is mine (eugeian)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ADMIN ● louisette
avatar


Messages : 429
Date d'inscription : 11/10/2014
Prénom, pseudo : .soulmates, louise
Avatar : t. james
Multicomptes : aucun pour le moment
Crédits : .soulmates (signature) moonstone (avatar)




MessageSujet: ∞ I belong to my beloved, and my beloved is mine (eugeian)   Sam 11 Oct - 22:29

A. Eugenia Penderghast & Sabian Hawkins
La musique a fond dans la bagnole, Sabian se dirigeait vers le lac. Il roulait à toute allure, dépassant largement les limitations de vitesse. La clope à la bouche, il inspira profondément pour extraire un maximum de tabac. Voilà deux jours qu'il n'avait pas fumé de joints, décidément, il faisait des progrès en ce moment. Non pas peu fier de sa petite victoire, le beau brun semblait être de bonne humeur aujourd'hui. Chantonnant légèrement, Sabian ralentissait. Sur le point d'arriver au lac, il ouvrit la fenêtre et balança sa clope. Au diable l'écologie. Une fois sur place, il se gara sur le côté avant de sortir de sa voiture. Oh c'est sur, il ne roulait pas dans une Mercedes, c'était une petite voiture sympa et pratique. Avec son petit trafic d'herbe de Provence, Sabian avait les moyens de se payer mieux mais pour ne pas éveiller les soupçons, il se contentait de celle-ci. Le temps était idéal, pas trop de vent, un peu de soleil, parfait. Pourquoi le lac ? Simplement parce que cet endroit signifiait beaucoup pour lui. Le premier rendez-vous entre lui et Eugenia s'est passé ici. Un lieu chargé d'histoire et d'émotions. Souvent les deux ex se donnaient rendez-vous ici, comme un symbole. Un brin nostalgique, Sabian avança de quelques pas vers le lac, il inspira et ferma les yeux. De l'air frais et pur, pas comme toute la merde qu'il pouvait avaler. Il jeta un coup d'oeil à son portable, pour une fois, il était pile à l'heure. Ne vous trompez pas, il ne s'agit pas d'un rencard ni d'un règlement de compte. En fait, il lui avait demandé de venir mais sans aucune raison particulière. Sabian tenait à cette fille et il aimait passer du temps avec elle. D'ailleurs, il pourrait lui dire que ça fait deux jours qu'il n'avait pas touché à la drogue. Ceci peut paraître banal mais pas pour le jeune homme. Un grand pas en avant, vraiment il y avait une amélioration. L'endroit était désert, enfin un peu de calme. Sabian fit quelques pas, au final, il fit le tour du lac. Merde, toujours pas d'Eugenia en vue. Pourtant c'était le bon jour et la bonne heure, pas de doute possible. Elle qui n'était jamais en retard, elle devait avoir une bonne raison. Il prit son portable et composa son numéro avant de le ranger dans sa poche. Non. Il n'allait pas l'appeler, quand même pas. Ce n'était pas son genre, si dans quinze minutes elle n'était pas là, tant pis pour elle. Sabian n'aimait pas attendre, déjà qu'il est de nature instable, la moindre émotion imprévue pouvait le faire disjoncter. Au bout d'un quart d'heure, il vit une voiture au loin. Fait chier, ils n'allaient pas être seuls pour l'après-midi. Le beau brun lança un regard noir à la voiture. Le pauvre, il n'était pas au bout de ses surprises. Alors que la fameuse voiture s'arrêta à côté de la sienne, une jolie rousse descendit. Il ne mit pas longtemps avant de reconnaître Eugenia. Étrange. A travers la fenêtre de la bagnole, il distingua une ombre masculine. Bordel, son sang ne fit qu'un tour. Il fronça les sourcils et mis ses mains dans ses poches. Alors que sa belle s'approcha de lui, Sabian se renfermait sur lui même, le visage froid.  « Tu n'étais pas obligée de venir, si tu as mieux à faire ne te gène pas pour moi. » dit-il d'un ton neutre. Non il ne le prenait pas mal, pas du tout ! Sabian avala sa salive et essaya de se calmer. Autant d'apparence, il était de marbre, autant à l’intérieur de lui-même, il bouillonnait. Même pas un bonjour, même pas un sourire, rien de tout ça. Bon, il y avait peut-être une petite pointe de jalousie là-dedans, mais léger hein.

____________


what comes from the heart will go to the heart
They put the world in a tin can black market contraband and it hurt just a little bit. When they sliced and packaged it in a long black trench coat. Two hands around the throat. Oh you wanna get it right sometimes. There's so much to be scared of. And not much to make sense of, how did the crowns ever get control.
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ● queen elisabeth II
avatar


Messages : 852
Date d'inscription : 11/08/2014
Prénom, pseudo : Lucy ou Ginny
Avatar : Emma Stone
Multicomptes : Non
Crédits : #ginny




MessageSujet: Somebody that I used to know ( Sabenia )   Sam 11 Oct - 23:41

A. Eugenia Penderghast & Sabian Hawkins


J'inspire profondément. Ce message devrait surement m'inquièter. Il le fait, mais est ce que je suis aussi faible ? J'ai beau dire que je ne lui en veux pas tellement.. j'ai un peu de rancune sur une chose. J'ai l'impression lors de ma dernière crise en sa présence qu'il aurait été capable de me laisser là agoniser. Cela me rend malade d'imaginer qu'il aurait pu me regarder juste partir dans un autre monde. C'est affreusement douloureux la reprise d'une crise d'épilepsie. Je pensais qu'il le savait, ce n'est pas non plus la première fois qu'il me voit faire, avant il me tenait contre lui.. il m'aidait à me reprendre.. rester avec moi le temps que je m'endorme après la crise pour récupérer, parce qu'honnêtement je suis morte après. Mais là c'est tout juste si il m'a regardé.. il m'a ramené chez moi.. mais ce n'était pas non plus.. l'attention dont j'aurais eu besoin. Cela m'a fait carrément de la peine.. alors apparemment je ne compte plus vraiment pour lui. Peut-être que quelque chose est brisé finalement. J'avoue ne plus savoir ce que je dois penser.. alors ce sms.. est-ce que c'est un appel au secours. Je n'ai pas envie de le perdre mais j'ai l'impression que c'est.. inévitable. J'ai pleuré pratiquement tous les soirs jusqu'à maintenant. Enfin Jules trouve que je suis une petite âme sensible, même si c'est pas totalement faux.. j'aurais aimé.. être surement plus forte mais j'ai l'impression de m'écrouler totalement sans lui. Une vie sans Sabian ? Je n'ose pas l'imaginer, mais n'est-ce pas ce que je suis en train de vivre ? Je n'en ai pas la moindre idée. Je tente de me concentrer sur la réunion que j'ai. Mais enfaîte je guette le moindre signe de vie de Sabian sur mon portable. Je ne sais pas tellement comment je dois faire.. le rappeler ? Lui demander des explications.. avant ce message il n'avait pas daigné me répondre. Alors forcément je dois avouer que je ne sais plus qui je suis pour lui. Pour qui il me prend ? J'inspire, un sourire de facette.. cette réunion semble durer une éternité. Je finis par envoyer un point d'interrogation pour savoir de quoi il s'agit.. mais pas de réponse.. Lorsque tout se termine.. moi je file rapidement, pas le temps de parler, je dois être parano, mais je préfère aller voir. Je sais comment il peut être et moi j'ai tendance à flipper pour rien. Je n'ai même pas récupéré ma voiture.. je dois prendre les transports en commun.. ça me stresse.. c'est long ça aussi.. mais j'arrive sur le campus. J'avance vers le bâtiment des O'Connor. Je me dis que si cela se termine mal.. j'aurais la chambre de Sasha non loin. Il est peut-être avec une fille, peut-être que c'est pour cela qu'il ne me répond pas. Je me torture, j'hésite devant la porte.. j'entend alors un bruit dedans.. il n'est pas tout seul. J'en sais rien.. Je frappe.. nerveuse.. je suppose qu'il ne sera pas ravi de me voir.. j'ai l'impression de ne plus être ce rayon de soleil qui illuminait sa vie, plus rien pour lui, je me ternis à ses yeux. J'attend qu'il ouvre.. la porte s'ouvre. Mon coeur s'accélère, c'est impression l'effet qu'il a sur mon organe vital. Je bégaye.. " Je.. Euh.. Salut.. ça va ? ton.. ton message m'a un peu inquiété.. e..ett tu ne répondais plus.. je te d..érange ? " Je tente de voir à 'intérieur.. je ne vois apparemment personne..




____________



LOVE DISASTER
So can you see the branches hanging over me? Can you see the love you left inside of me? in my face can you see? Through the trees I will find you; I will heal the ruins left inside you. Cuz I'm still here breathing now I'm still here breathing now...I'm still here breathing now...until I'm set free. Go quiet through the trees.


Dernière édition par A. Eugenia Penderghast le Mer 15 Oct - 21:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ● louisette
avatar


Messages : 429
Date d'inscription : 11/10/2014
Prénom, pseudo : .soulmates, louise
Avatar : t. james
Multicomptes : aucun pour le moment
Crédits : .soulmates (signature) moonstone (avatar)




MessageSujet: Re: ∞ I belong to my beloved, and my beloved is mine (eugeian)   Dim 12 Oct - 11:21

A. Eugenia Penderghast & Sabian Hawkins
Inutile de se mentir,  Sabian avait très mal pris le fait que sa belle soit en retard. Attention, en disant sa belle, c'est une façon de parler. Il n'était pas avec Eugenia, disons que c'est plus compliqué que ça. Un mélange de sentiments, de jalousie et de regrets. Il sont restés quelques mois ensemble et honnêtement, ce fut pour lui, des mois merveilleux. L'alchimie est tout de suite passée entre ces deux là. Une attirance autant physique que mentale. C'est ce qu'on pourrait communément appeler un coup de foudre. Sabian n'est pas du genre à s'attacher facilement et pourtant, c'est ce qui s'était passé à l'époque. La belle rousse avait su l'apprécier pour ce qu'il était réellement. Pas besoin de jouer un double jeu, de faire semblant que tout allait bien. Il pouvait être lui-même, parler sans réfléchir, se laisser vivre sans trop se torturer l'esprit. Sabian aimait ça. Rare étaient les personnes avec qui il pouvait faire ça, se permettre ce genre de relâchement. C'était tellement le bordel dans sa tête qu'un peu de répit ne pouvait pas lui faire de mal, bien au contraire. Sa relation avec Eugenia avait un petit goût de paradis. Imaginez donc la déception, la colère qu'il avait pu ressentir lorsqu'elle l'a plaqué. Blessé dans son orgueil, le jeune homme l'avait extrêmement mal vécu. Même s'il ne l'avait pas trop montré, il s'était senti anéanti et particulièrement seul. Certes elle ne l'avait pas trompé mais se retrouver seul n'était pas prévu et savoir qu'elle pourrait aimer un autre homme, le rendait jaloux. Le soir de la rupture, Sabian s'était mis plus minable que jamais, fumette, drogue dur, alcool, un sacré mélange pour essayer de combler le vide qu'elle allait laisser. Au final, ils ne se quittèrent pas vraiment. Ils se voyaient régulièrement, ne consommaient pas forcément mais la présence de l'autre était indispensable. Le beau brun ne pouvait pas trop se passer d'elle et ne voyait pas comment se sortir de cette situation. Même lui, adepte des trucs malsains, savait que cette nouvelle relation ne pouvait pas durer. A un moment donné, ils devraient choisir entre se remettre ensemble ou se quitter pour de bon. Aucun d'entre eux ne voulait faire de choix, c'était comme ça et Sabian devait s'en contenter. La voir lui faisait du bien mais la voir arriver à bord d'une voiture d'un autre gars le rendait fou. Et puis quoi encore ? Fallait pas exagérer non plus. Il pouvait être gentil mais il ne fallait pas pousser. En fait, avec sa bipolarité, ses émotions étaient démultipliées. Ainsi il pouvait se mettre dans une colère noire en quelques secondes et s'écrouler de la même façon. La moindre remarque, le moindre petit truc anormal et voilà sa deuxième personnalité qui prenait le dessus. Sabian n'aimait pas être son autre quand Eugenia était là. Jamais Ô grand jamais il ne pourrait lui faire du mal, du moins consciemment. Sa bipolarité était trop forte et son impulsivité le contrôlait clairement. La rouquine lui sorti une excuse qui ne tenait absolument pas debout. Il serra les poings en l'entendant. Le stress montait en lui, l'adrénaline pénétrait ses veines. Sabian détestait ça, il savait que sa deuxième personnalité pouvait lui faire du mal. Il luttait en vain, il se battait contre une bataille déjà perdue d'avance. Pourtant, il aurait voulu la prendre dans ses bras et la couvrir de baisers. Son corps ne bougeait pas, il avait chaud, il s'énervait intérieurement mais ne laissait rien paraître. Seul un visage fermé était prescriptible. « Tu n'avais rien de mieux à faire ? Donc par dépits tu viens ici, c'est bon de le savoir. » dit-il avant de froncer de nouveau les sourcils. Oui oui, Sabian est un garçon très contradictoire mais la surchauffe de son cerveau l'empêchait de réfléchir.  « Épargne-moi tes explications. Ton chauffeur s'en va sans toi, rattrapes-le avant qu'il ne soit trop tard. » dit-il d'un calme déconcertant. Sabian prenait soin d'articuler chaque mot pour être davantage perçant. Il allait trop loin mais c'était trop tard...

____________


what comes from the heart will go to the heart
They put the world in a tin can black market contraband and it hurt just a little bit. When they sliced and packaged it in a long black trench coat. Two hands around the throat. Oh you wanna get it right sometimes. There's so much to be scared of. And not much to make sense of, how did the crowns ever get control.
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ● queen elisabeth II
avatar


Messages : 852
Date d'inscription : 11/08/2014
Prénom, pseudo : Lucy ou Ginny
Avatar : Emma Stone
Multicomptes : Non
Crédits : #ginny




MessageSujet: Re: ∞ I belong to my beloved, and my beloved is mine (eugeian)   Dim 12 Oct - 14:27

A. Eugenia Penderghast & Sabian Hawkins


Je suis nerveuse. Très nerveuse, mon coeur a tendance à accélérer lorsque je sais que je vais le voir, tout bêtement lorsque je suis dans ses bras, avec lui.. je me souviens parfaitement de la manière dont il me touchait.. Comment on faisait l'amour, à quel point c'était excellent. Je lui ai donné ma virginité. Tardive je le sais, mais il est le seul homme à être entrée dans ma vie.. à m'avoir mis à l'aise. Je n'étais jamais allée jusque là.. mais avec lui c'est tellement complexe, intense, différent. Peut-être que l'on n'est pas fait pour être ensemble, ou alors c'est l'inverse, mais on ne sait juste pas comment se dire combien on tient à l'autre. Je tiens à lui. Il est une partie de moi, lorsqu'il s'éloigne comme ça.. je souffre. Le silence est ma meilleure arme. Je ne dis rien ,parfois je laisse glisser une larme lorsque tout est noir et que je suis dans mes draps. C'est douloureux de savoir qu'il va surement être mieux avec une autre, enfaîte cette idée m'est totalement insupportable. Je me souviens parfaitement de cette première nuit avec lui. J'étais nerveuse à l'idée de ne pas être à l'hauteur.. il a su trouver les mots, poser ses mains.. ma douleur s'est effacée, elle a laissé place à du plaisir.. et ce plaisir n'est jamais parti, il est toujours présent dans la moindre partiel de son corps.. contre mon corps.. ne serait-ce qu'une caresse sur la joue.. un baiser.. lui tenir la main, c'est exactement l'extase dont j'ai besoin, l'énergie qui me remonte à bloque. Je ne sais jamais vraiment trop à quoi m'attendre lorsque l'on se retrouve. Et il y a une chose que je ne pourrais pas oublier non plus c'est lorsque j'ai voulu tout arrêter.. fuir. On passait la plupart de notre temps à se fâcher, je suis jalouse, possessive, lui impulsif, rien n'allait.. on n'arrivait plus à se voir correctement. Pourtant se fut la pire des choses.. le regret immédiat. La douleur dans ses yeux qui je ne peux pas oublier, elle est toujours là, quelque part en moi. Je me brise.. je le brise et vice versa. Un cercle infini. La voiture freine, sa silhouette apparaît. Je souris, mon voisin me taquine, il est quelque peu plus vieux, en plus on ne partage pas grand chose, juste des commérages de voisins.. on se dépanne. Rien de mal. Je sors de la voiture, le sourire encore figé sur mes lèvres, le bonheur là tout près, enfin c'est ce que je croyais. A peine ai-je le temps de claquer la portière et d'enfiler mon gilet que sa froideur me glace le sang. Qu'est -ce que j'ai fait.; je suis un peu en retard, mais combien de fois cela lui est arrivé ? Mon coeur s'accélère, on se calme, ce n'est pas le moment de stresser.. je ne sais plus si j'ai mes injection d'adrénaline avec moi.. je flippe d'un peu.. je ne veux pas avoir une crise d’épilepsie au milieu de nul part. Pas maintenant, c'est tellement peu sexy.. Je tente d'expliquer la situation.. je crois que je n'ai fait qu'empirer.. je ne comprend pas.. c'était pour m'en foutre plein la figure qu'il a voulu me voir ? Je panique toujours dans ses moments, j'ai peur de le perdre et cette idée m'insupporte. Non ! Merde, je n'ai rien à me reprocher, je suis ravie d'être avec lui et il me rejette.. qu'est ce que j'ai fait ? J'ai fait fâcheuse tendance à me remettre sans cesse en cause.. c'est de ma faute ? " Quoi ? Bien sûr que non, je voulais venir, pourquoi tu dis ça.. " Je tente d'être calme.. ma voix douce.. mais il n'est pas vraiment lui, c'est un peu l'autre Sabian.. cette fragilité.. c'est surement ce qui fait que je me jette dans ses bras. Je tremble un peu. J'ai une mère du même style.. enfin pire, puisqu'elle est tout de même interné. Je sais m'y prendre avec les personnes comme ça.. comme lui, avec lui. J'inspire. J'avance et je caresse sa joue. " Je ne veux pas pas partir, ok ? Tu voulais me voir.. moi aussi.. Ici en plus.. " Un lieu chargé d'émotion, souvenirs. Je souris à demi.. " tu tiens vraiment à ce que je partes ? " je crains cette réponse, parfois je regrette aussi d'en poser.. celle-ci j'ai peur de la regretter.


____________



LOVE DISASTER
So can you see the branches hanging over me? Can you see the love you left inside of me? in my face can you see? Through the trees I will find you; I will heal the ruins left inside you. Cuz I'm still here breathing now I'm still here breathing now...I'm still here breathing now...until I'm set free. Go quiet through the trees.
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ● louisette
avatar


Messages : 429
Date d'inscription : 11/10/2014
Prénom, pseudo : .soulmates, louise
Avatar : t. james
Multicomptes : aucun pour le moment
Crédits : .soulmates (signature) moonstone (avatar)




MessageSujet: Re: ∞ I belong to my beloved, and my beloved is mine (eugeian)   Dim 12 Oct - 16:05

A. Eugenia Penderghast & Sabian Hawkins
Stressé, Sabian commençait à paniquer et ce n'était pas bon pour lui. En temps normal, il savait plus ou moins se contrôler, autant quand il était face à elle, c'était le flou total. Essayer de se calmer alors qu'une guerre se passait dans son cerveau, une torture interne qui l'empêchait de pouvoir sauver la situation. Il était déjà trop tard, le mal était fait. Il n'était pas très gentil avec elle mais sa réaction semblait s'expliquer par un sentiment étrange qu'on appel jalousie. En fait, Sabian n'a jamais digéré le fait qu'Eugenia l'ai largué. Il tenait à elle, certes il ne lui avait jamais dit " je t'aime " mais il le pensait. D'ailleurs, le jeune homme n'avait jamais prononcé ces trois petits mots. A personne, ni même ses parents, ni même sa petite soeur, ni même ses ex. Personne, personne. Il ne savait pas la raison de ce blocage. Peut-être parce que ces trois mots signifiaient trop pour lui, un engagement ultime, dire à l'autre qu'on l'aime c'était comme lui avouer qu'on était accro. Sabian ne s'avouait jamais vaincu, ce qui était d'autant plus vrai quand on voyait sa bipolarité. C'est sur, il aurait pu baisser les bras plus d'une fois et pourtant, il gardait au fond de lui une certaine lueur d'espoir. Il savait qu'un jour ou l'autre, il trouvera la solution à son addiction et à sa double personnalité. La fin était la solution de facilité mais Sabian n'était pas un faible. Il se battait même si tout était déjà perdu d'avance. Tout ceci ne s'arrêtera pas tant qu'il n'acceptera pas l'aide d'une personne extérieure. C'est une autre histoire. Bref, contre toutes attentes, Eugenia avança vers lui. Sabian dégluti en la voyant s'approcher. Il avait peur de ses propres réactions et ne voulait pas lui faire de mal. Il aurait préféré qu'elle parte en courant plutôt qu'elle ne s'approche. En effet il voulait la voir, elle aussi apparemment. Quoiqu'il en soit, venir accompagné d'un mec était une très mauvaise idée, surtout connaissant le beau brun, il allait mal le prendre, c'était obligé. C'est comme si Ginny lui donnait rendez-vous et que Sabian débarquait accompagnée d'une belle blonde. C'était grotesque voilà tout. Elle lui posa une question horrible : voulait-il qu'elle parte ? Evidemment que non, il ne voulait pas qu'elle parte, bien au contraire. Sabian sentit la main d'Eugenia sur sa joue, sa peau douce contre la sienne. Depuis combien de temps n'avaient-ils pas eu de contact ? Longtemps, beaucoup trop longtemps. La rouquine jouait avec le feu et elle le savait. Toucher Sabian n'était pas chose à faire. Il pouvait avoir une réaction inappropriée, lui qui détestait les contacts non prévus. Pris au dépourvu, il n'osait plus bouger par peur d'aggraver la situation. Sa double personnalité n'était pas loin et ce n'était pas une simple caresse qui allait le faire partir. Il ferma les yeux inconsciemment. Tout ceci ne pouvait pas être réel, il essayé de se persuader que tout ceci n'était un rêve. Cette fille allait le rendre dingue. Il avait envie de l'embrasser, de la serrer contre lui, de la prendre dans ses bras et de lui crier tout son amour. Pourtant, il ne pouvait pas le faire. A son tour il s'approcha un peu plus d'elle, franchissant la limite qu'il s'était fixé. Leurs lèvres se frôlaient, leurs souffles se mélangeaient. Le temps semblait s'être arrêté autour d'eux. Bordel, l'envie de l'embrasser lui brûlait les lèvres. Il avait envie d'elle, il sentait l'excitation monter en lui. Imaginez un peu tout ce qu'il pouvait ressentir à ce moment précis : la haine, la colère, le désir, l'excitation et le tout pimenté par la jalousie et la nostalgie d'une relation si parfaite. Alors qu'il s'avança une dernière fois pour l'embrasser, Sabian se recula brutalement, mettant fin à ce contact si doux et si rassurant. « Putain, tu t’attendais à quoi là ? » cria-t-il. Avoir des réactions impulsives, c'est ce qui le définissait. Et encore, Eugénia pouvait s'estimer heureuse, il n'avait pas fait de gestes brusques. Il commençait à s'enerver, ça se voyait. Il était particulièrement instable et ne se sentait pas bien du tout. « Ça t'amuse de jouer avec mes nerfs ? Tu ne savais pas me rayer une bonne fois pour toute de ta vie ? Trouves-toi un autre pigeon moi j'en ai marre. » dit-il sur un ton plus modéré. On pouvait sentir toute la détresse dans ses paroles. Même lui ne savait plus ce qu'il disait, tout ceci n'avait aucun sens..

____________


what comes from the heart will go to the heart
They put the world in a tin can black market contraband and it hurt just a little bit. When they sliced and packaged it in a long black trench coat. Two hands around the throat. Oh you wanna get it right sometimes. There's so much to be scared of. And not much to make sense of, how did the crowns ever get control.
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ● queen elisabeth II
avatar


Messages : 852
Date d'inscription : 11/08/2014
Prénom, pseudo : Lucy ou Ginny
Avatar : Emma Stone
Multicomptes : Non
Crédits : #ginny




MessageSujet: Re: ∞ I belong to my beloved, and my beloved is mine (eugeian)   Dim 12 Oct - 16:51

A. Eugenia Penderghast & Sabian Hawkins


J'ai un peu plus de mal à respirer. Ce n'était pas vraiment comme ça que j'avais imaginé le retrouver. Pourquoi avoir choisi un endroit si symbolique si ce n'est pas pour en profiter. Je ne sais pas comment je peux accepter ça encore cette souffrance dans mon coeur, c'est lui la cause, quoique directement c'est moi. Pourquoi m'infliger autant ? Pourquoi je ne méritais pas avoir un peu de bonheur ? C'est compliqué de ce dire que d'autres peuvent avoir ce que je recherche depuis temps de temps. J'avais tout et je n'ai plus rien, des morceaux d'un puzzle mais je n'ai pas toutes les pièces pour le reformer, il me manque la principale, lui, Sabian. Finalement peut-être que je le mérite, je lui fais mal il me rend la chose, il se venge. Je le croyais pourtant incapable de le faire. Mais j'avoue que là, je suis perplexe.. les paroles si froides et dures. Je tente de l'apaiser sans savoir que ce n'est pas la bonne solution. Ma mère reprenait quelque peu ses esprits lorsque je le m'approchais et que je parlais calmement, mais elle est à l'opposé de ce qu'est Sabian, ce qui vit en lui, qui il est. Je tremble un peu.. est-ce dingue de toujours être méfiante lorsqu'il devient comme ça ? La méfiante a toujours été une qualification pour moi, je n'offre pas ma confiance à tout le monde, lui l'a, mais je sais aussi qu'il ne fera pas exprès de la briser. Doucement ma main caresse sa joue, je saisis cet instant, j'en profite au fond de moi, je devrais avoir honte. Je culpabilise. J'avance mais je garde cette distance.. il est immobile.. ses yeux se ferment.. un soupçon d'espérance.. mais je crois que cela ne fonctionnera pas, je vois ses poings se serrer. C'est risqué ? Et alors, c'est à moi de juger si je prend le risque, je crois que je suis déjà en train de le faire, risquer une vie sans lui n'en vaudrait peut-être pas la peine. On est trop proche.. son haleine heurte mes lèvres.. Je déglutis, je le fixe.. on est censé faire quoi ? Laisser nos coeurs battre à une vitesse dingue ? Sans doute, je suis comme lui, immobile, je frissonne.. sa proximité est puissante. Un pas et tout est franchi.. rompu.. je ne sais pas ce que l'on vient de faire.. un baiser.. ? Seulement il arrache trop vite ses lèvres des miennes.. je reste en suspend.. et je sursaute presque lorsqu'il crie. Je sens mes yeux s'emplir de larmes.. j'hésite entre de la frustration et de la douleur, surement les deux au final. Mais je ne comprend son comportement, il me déconcerte totalement, je reste de marbre, figée, une statut froide. Je clignote des yeux, mouvement qui me ramène à la vie, avec lui.. " alors c'est ça, tu penses sincèrement que je m'amuse avec toi ? ça me plait cette situation ? " Moi aussi je suis capable d'élever le ton, bien que ma voix tremblote c'est pas très crédible. Je retiens un flot de larmes perchées à mes yeux. " Je.. je comprend pas, qu'est ce qui se passe là d'un coup ? Tu.. tu me demandes de venir et c'est pour m'en foutre plein la gueule ? " Je déglutis, je tremble de partout, je déteste ça. " J'arrive pas à te sortir de ma vie, tu comprends pas ? Je peux pas, je sais pas.. tu comprends même pas ce que tu représentes pour moi.. " Je le fixe dans les yeux.. une larme fuit.. Je tourne le dos et je m'avance vers le lac.. on c'était baigné nus une fois ici.. il faisait un chaud cette nuit là.. on avait juste campé.. on avait fait l'amour aussi.. un paradis résolu. Voir ce que cet endroit risque de représenter pour moi me tue. Je ne lui fais pas face en disant cela.. j'avance vers l'eau pour me perché au bord de la rive. " Si c'est tout ce que tu voulais me dire.. "


____________



LOVE DISASTER
So can you see the branches hanging over me? Can you see the love you left inside of me? in my face can you see? Through the trees I will find you; I will heal the ruins left inside you. Cuz I'm still here breathing now I'm still here breathing now...I'm still here breathing now...until I'm set free. Go quiet through the trees.
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ● louisette
avatar


Messages : 429
Date d'inscription : 11/10/2014
Prénom, pseudo : .soulmates, louise
Avatar : t. james
Multicomptes : aucun pour le moment
Crédits : .soulmates (signature) moonstone (avatar)




MessageSujet: Re: ∞ I belong to my beloved, and my beloved is mine (eugeian)   Dim 12 Oct - 18:05

A. Eugenia Penderghast & Sabian Hawkins
Anxieux, Sabian passa sa main dans ses cheveux. C'est un signe de panique, quand il fait ça, on peut être certain qu'il stress et qu'il ne sait pas quoi faire. Et là clairement, c'était le cas. Il venait de réagir impulsivement et il regrettait déjà ses paroles. En fait, ses mots avaient dépassés sa pensée, il ne voulait pas lui dire merde, il ne voulait pas non plus que tout ça s'arrête. C'était une façon détournée de lui dire que la situation ne lui convenait pas. Certes ce n'était pas la bonne manière mais qu'importe, le mal était déjà fait. Depuis quelques minutes il avait perdu le contrôle de la situation. « Je ne sais pas ce que tu penses, je ne te comprends plus Eugenia. » répliqua-t-il. Le jeune homme insista sur le prénom. Il l'avait habitué à des petits surnoms comme " ma princesse " ou encore " ma belle ". L'appeler directement par son prénom était une marque de colère. Il était en rage mais la voir trembler lui fit extrêmement mal au coeur. Elle était mal et c'était à cause de lui. Ne sachant pas quoi faire, Sabian l'écouta parler. Il ne disait rien, il l'écoutait. Lorsqu'une larme coula sur la joue de la belle rousse, il ne bougea pas. Coupable, il aurait voulu faire marche arrière et ne pas réagir comme un gros con. Quoique dans un sens, ce pétage de câble allait peut-être faire changer leur relation insupportable. Il fallait que ça change, il fallait qu'ils se mettent d'accord sur une quelconque entente. Ils se détruisaient mutuellement, c'était affreux comme relation. Un amour destructeur voilà tout. Eugenia tourna le dos et s'approcha du lac. Sabian ne desserrait pas la mâchoire. Il restait crispé et particulièrement tendu. Il passa sa main dans son cou avant de pousser un soupire sans précédent. Il comptait pour elle, mais alors pourquoi l'avoir largué. Il ne comprenait pas, des dizaines de questions se bousculaient dans sa tête. Il ne la lâchait pas du regard, sans doute par peur qu'elle ne s'évapore. La vie était tellement courte et eux, ils ne pensaient qu'à se déchirer. Bien, c'est intelligent. Elle devait sans doute pleurer. Sabian avait le don pour tout gâcher. « C'est toi qui me parle de sentiments ? La bonne blague. Cette histoire va me rendre fou. » dit-il sur un ton beaucoup plus calme que le précédent. Le moment était peut-être venu pour Sabian de se confier ? Il ne savait pas quoi dire et pourtant, il se lança à l'aveuglette, laissant le bon côté de sa personnalité prendre le dessus. « Si je t'ai fait venir Eugenia, c'est pour mettre les choses au clair avec toi. Tu es la personne qui compte le plus pour moi et pourtant, je te déteste. Comment c'est possible ? Avoir des sentiments aussi fort pour quelqu'un et essayer de l'oublier pour ne plus souffrir, tu crois que c'est normal ? » Il ne criait pas mais sa voix avait augmentait de volume. Lui dire tout ça était comme une libération. Sa voix était craquante, cela signifiait qu'il ne faisait pas les choses à moitié. Sabian n'a jamais été doué pour se dévoiler. C'était une véritable épreuve pour lui. « Tu m'obsèdes Eugenia... Pourquoi faut-il que tout soit aussi compliqué ? » termina-t-il. Le fait que la rouquine soit de dos l'aidait énormément. Ce n'était pas une simple question, Sabian voulait des réponses. Il en avait besoin.

____________


what comes from the heart will go to the heart
They put the world in a tin can black market contraband and it hurt just a little bit. When they sliced and packaged it in a long black trench coat. Two hands around the throat. Oh you wanna get it right sometimes. There's so much to be scared of. And not much to make sense of, how did the crowns ever get control.
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ● queen elisabeth II
avatar


Messages : 852
Date d'inscription : 11/08/2014
Prénom, pseudo : Lucy ou Ginny
Avatar : Emma Stone
Multicomptes : Non
Crédits : #ginny




MessageSujet: Re: ∞ I belong to my beloved, and my beloved is mine (eugeian)   Dim 12 Oct - 18:41

A. Eugenia Penderghast & Sabian Hawkins


Je n'aurais pas imaginé que mon coeur puisse me faire aussi mal. Mal d'une douleur mentale.. non physique.. comment définir l'amour et la douleur qu'il nous fait ressentir. Pourquoi il n'existe pas un vaccin pour ce genre de chose ? Je tremble un peu, je ne suis pas douée pour les émotions.. je n'ai jamais appris à les dévoiler. Tenter de grandir avec une mère totalement cinglée prête à vous tuer pour vous sauver de la conspiration de ce monde.. c'est tellement compliqué d'exprimer ce que je ressens. Je suis totalement perdue. Est-ce que je dois mettre fin à une relation totalement destructive ? Mon coeur se sert, pourquoi ça fait aussi mal de faire des choix ? J'ai aussi besoin de prendre du recul, peut-être que l'éviter, tenter de l'éviter, avoir cette volonté pourrait me faire du bien.. Mais je n'arrive déjà pas à arrêter de fumer. D'ailleurs alors que je m'éloigne de lui.. après se baiser, je cherche instinctivement un paquet de clopes et mon briquet. Il faut mieux mourir d'une connerie, moi je veux mourir du tabac, c'est long et torturant, à mon image, une personne totalement névrosée. Je souffle, je suis totalement épuisée par les émotions. Pourquoi ça m'arrive à moi ? La douleur nouvelle de l'entendre dire qu'il ne me comprend plus. Nous sommes nous un jour compris ? Je sors une clope énervée et je la glisse entre mes lèvres, je l'allume.. J'inspire, je ferme les yeux, savourant.. c'est bon. Je souffle la fumée toxique. " M'as-tu déjà compris ? Nous sommes nous entendus une fois ? Moi j'ai aussi un tas de questions.. " Je déteste qu'il m'appelle Eugenia.. ce n'est pas dans son habitude, c'est dur dans sa bouche, une insulte. Ce n'est pas lui que je regarde, mais le lac, qui me rappelle tant de bonheur, pourtant cela ne m'apaise pas. Il reprend, je le laisse faire, je cache les larmes inondant mon visage. Les émotions à l'état pure. Un coup de couteau dans le coeur, achève moi Sabian, je t'en prie. Qu'on en finisse, c'est insurmontable.. du moins cela le semble. Je souffle encore de la fumée blanche.. Je ne sais pas quoi dire faire.. il veut vraiment tenter de m'oublier ? Je dois me réjouir de la portée infini de ses sentiments ? Je n'en ai pas la moindre idée, j'ai l'impression de tout faire de travers. Je ne suis pas faite pour lui si je lui fais autant de mal. Je devrais le laisser partir, mais pourquoi c'est si compliqué bordel ? Question rhétorique, il n'y a pas de réponse. Je sèche mes larmes, c'est ma réplique que le public attend. Je dois jouer mon jeu, mon rôle, même si c'est difficile. Je me tourne vers lui, tournant alors le dos à l'eau pure. " si tu veux que je te laisse tu n'as qu'à me le demander.. tu veux m'oublier alors je peux t'aider, je peux m'éloigner. .. " Je fume.. ça calme plus trop mes nerfs enfaîte. " J'y arrive pas.. j'ai fait une connerie, j'assume pas.. te perdre c'est juste horrible. " Je déglutis, j'avance un peu mais pas trop. " on se fait trop de mal, on se bouffe.. on n'y arrive pas.. j'y arrive pas, je sais pas aimer les gens, je leur fais du mal.. regarde ce que je nous fais, tout est de mal faute, tout était parfait, maintenant on chute dans un puits sans fond, on se détruit à s'aimer.. " Je l'aime.. c'est puissant. Mais c'est mauvais. " Il est peut-être tant de mettre un terme à ça.. qu'est ce que tu veux ? m'oublier ? Oublier ce que tu ressens pour moi ? que tout passe..passer à autre chose ? dis moi que ce tu veux je le ferais. si tu veux que je disparaisse de ta vie, je le ferais. sinon je resterais et tu ne me délogeras pas. " c'est presque dit avec dureté.. je finis ma clope, je la jette à mes pieds.. l'instinct et les nerfs j'en sors une deuxième, la réponse fatale arrive et j'ai peur de ne pas y survivre.


____________



LOVE DISASTER
So can you see the branches hanging over me? Can you see the love you left inside of me? in my face can you see? Through the trees I will find you; I will heal the ruins left inside you. Cuz I'm still here breathing now I'm still here breathing now...I'm still here breathing now...until I'm set free. Go quiet through the trees.
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ● louisette
avatar


Messages : 429
Date d'inscription : 11/10/2014
Prénom, pseudo : .soulmates, louise
Avatar : t. james
Multicomptes : aucun pour le moment
Crédits : .soulmates (signature) moonstone (avatar)




MessageSujet: Re: ∞ I belong to my beloved, and my beloved is mine (eugeian)   Dim 12 Oct - 19:47

A. Eugenia Penderghast & Sabian Hawkins
Cette discussion tournée au règlement de compte. C'était le moment où jamais, il fallait qu'ils mettent les choses au clair. Il fallait prendre une décision, améliorer leur relation ou se quitter. Il n'y avait pas beaucoup de solution, ils ne pouvaient pas trop innover. Leurs sentiments étaient tels qu'ils ne pouvaient pas se permettre de continuer à se détruire ainsi. L'heure de la confrontation était venue. Aha, on dirait un vieux film de suspense. Que va-t-il choisir ? La fille ou le malheur, dans les deux cas ça revenait au même. Alors qu'Eugenia lui tournait le dos, Sabian se livrait à elle. Il se dévoilait un peu. En fait, il ne réfléchissait pas à ce qu'il disait, il essayait simplement de lui faire comprendre ce qu'il ressentait. Dur dur quand on est bipolaire. Avec un peu de recul, il ne se débrouillait pas si mal. Lorsqu'il eu fini, le jeune homme soupira. C'est bon, il avait dit ce qu'il avait à dire. Il attendait impatiemment sa réponse, l'attente semblait d'ailleurs interminable. La réaction de la belle rousse arrivait enfin et contre toute attente, elle se retourna et s'approcha de lui tout en parlant. Des tonnes de reproches, un refus, une envie de mettre fin à cette horrible situation. Elle le mettait face à un dilemme. Sabian restait debout comme un con, il avait limite la bouche ouverte. Il avait tout prévu sauf ça. Eugenia avait mis fin à leur relation et maintenant, c'était à lui de choisir entre se mettre en couple ou se quitter à jamais. On marchait littéralement sur la tête. Le bipolaire était clairement incapable de prendre une telle décision. Il haussa les sourcils en la regardant. Elle était à son entière disposition, il n'avait qu'à décider et elle exécutait. Bordel, il détestait ça. Elle ne pouvait pas lui demander une telle chose. Pour ce torturé de l'esprit, faire un tel choix semblait impossible. Il tenait à elle et ne voulait pas la perdre mais dans un sens, elle l'avait déjà fait souffrir, pourquoi ce serait-ce différent aujourd'hui ? Il fallait que Sabian réponde quelque chose, il ne pouvait pas laisser un tel blanc. « Tu n'as pas le droit de me demander ça. » dit-il d'une voix faible. C'était trop pour lui. Il fallait agir maintenant ou il allait le regretter à jamais. D'un geste assuré, il s'avança et prit la clope qu'Eugenia tenait entre ses doigts. Il l'apporta à sa bouche avant de l'allumer. Cette saleté n'allait pas régler leur problème, ils le savaient aussi bien l'un que l'autre. Le jeune homme inspira profondément et laissa la fumer envahir ses poumons. Il ne lâchait pas sa belle des yeux, il était comme obnubilé par elle. Après quelques secondes, il recracha délicatement la fumée dans la direction d'Eugenia. Cette dernière ferma les yeux pour éviter d'avoir la fumée dans la figure. Trop d'émotions d'un coup. Sabian s'approcha délicatement de sa belle et vint capturer tendrement ses lèvres. Bordel, depuis le temps qu'il voulait l'embrasser, des jours, des mois, une éternité. Comme une pulsion incontrôlable, il vint l'embrasser. En passant sa main sur la joue pâle de Ginny, il sentit l’humidité de ses larmes. S'en suivit un baiser passionné et extrêmement sensuel. Deux amants qui se retrouvaient après des mois d'abstinence. Combien de fois avait-il rêvé de ce moment ? Des milliers. Il savourait la délicatesse de partenaire, l'extase d'un tendre baiser. C'était un baiser plutôt timide mais remplit d'espoir. Sabian n'en voulait pas plus, il savourait cette proximité et l'envie de l'autre. Le jeune homme posa son front contre celui d'Eugenia. Il laissa ses yeux fermés, caressant délicatement sa joue. Il la retrouvait mais pour combien de temps ? Serait-ce le dernier baiser qu'ils allaient échanger ? Une façon de se dire adieu en beauté ? « Je ... » murmura-t-il. Impossible !! Allait-il prononcer ces trois mots tant convoités ? Il en avait envie, finir en beauté. Lui dire je t'aime pour mieux se séparer, l'apothéose d'une histoire compliquée et intense. « Je suis désolé Eugenia, je suis faible. » dit-il. La pauvre, elle ne devait rien comprendre. Il était faible pour lui avouer ses sentiments, il savait pas quoi faire..

____________


what comes from the heart will go to the heart
They put the world in a tin can black market contraband and it hurt just a little bit. When they sliced and packaged it in a long black trench coat. Two hands around the throat. Oh you wanna get it right sometimes. There's so much to be scared of. And not much to make sense of, how did the crowns ever get control.
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ● queen elisabeth II
avatar


Messages : 852
Date d'inscription : 11/08/2014
Prénom, pseudo : Lucy ou Ginny
Avatar : Emma Stone
Multicomptes : Non
Crédits : #ginny




MessageSujet: Re: ∞ I belong to my beloved, and my beloved is mine (eugeian)   Dim 12 Oct - 20:58

A. Eugenia Penderghast & Sabian Hawkins


La peur me saisit. Je ne sais pas comment je peux m'en sortir de cette putain de situation. Elle est affreusement torturante, je commence à me demander comment et quand cela va se terminer. J'ai besoin que tout soit plus calme dans mon coeur, j'aimerais avoir le droit de ne pas être une âme en peine, je veux juste vivre une histoire. Je dois surement lire beaucoup trop de roman d'amour, les histoire romanesques n'existent pas, on souffre, et j'aimerais juste être vaccinée parfois. Je ne veux plus ressentir ce genre de chose, l'amour paisible n'existe-t-il donc pas ? Pourquoi sommes nous deux âmes condamnés à se faire mal ? J'inspire laissant cette larme tomber. Je pleure, parce que les émotions ne sont pas censées être contenue dans le corps, voilà le résultat. C'est une catastrophe. Je lui demandais de choisir ce qu'il veut lui. Savoir comment il voit les choses, est-ce qu'il veut de moi ? Je n'en ai pas la moindre idée, j'avoue que je suis totalement perdue. J'ai l'impression qu'il cherche à fuir ce qu'il ressent, c'est peut-être trop pour lui. Alors c'est un tourment sans fin peut-être. Une punition. On doit vivre ce châtiment toute notre vie, l'aimer à se faire du mal. La clope m'aide à y voir clair, enfin pas totalement, elle ne ralentit pas les battements de mon coeur. Mais l'odeur, la chaleur de la fumée. C'est plaisant non ? Je le laisse s'avancer. Il est proche encore. Je ne bouge pas. Il est là.. il doit répondre, c'est à lui de faire le choix cette fois, plus à moi, je n'ai plus ce rôle, j'ai fait une fois un mauvais choix, je ne tenterais plus rien. Il attrape alors ma cigarette de mes fins doigts. Je le regarde faire, on ne se quitte pas des yeux.. il inspire la cigarette.. je ferme les yeux légèrement lorsqu'il recrache la fumée face à moi.. Je suis blessée, je suis mal.. malheureuse. Je me fige à nouveau lorsqu'il franchit la dernière de mon intimité.. ses lèvres embrassant les miennes. Un baiser.. oh un sacré baiser, je crois que cela m'a manqué. Oui c'est ça, un manque, c'est pire que la clope ce type, on y revient forcément. Je le veux, je le désire. Je sens sa main sur ma joue, sur moi.. ça résonne sur ma peau. mon coeur s'emballe, j'en veux plus et lui aussi, la passion se mêle à nos lèvres. Je ne veux pas qu'il arrête, je me hisse sur la pointe des pieds. L'espoir renaît.. Doucement ce prend fin, je souffle.. son front contre le mien.. j'ai cette vague impression maintenant que cela sonne plutôt comme un adieu.. Non ! Je sens ma gorge se nouer. Des larmes reviennent à la charge. Il commence une phrase.. je ne sais pas ce qu'il veut dire, je crois que je ne le saurais jamais.. Non au lieu de ça, il m'avoue sa faiblesse.. alors c'est ça.. il ne veut plus de moi ? Il arrête tout ? Il ne supporte pas la douleur ? Alors tout s'arrête ? Je m'écarte, je pleure, c'est plus fort que moi, il a cette facilité à me briser, me faire pleurer.. je craque vite. Lui décuple tout. Je lâche la cigarette parce qu'elle me brûle les doigts. Je les porte à ma bouche et je relève le regard.. un regard face à lui.. montrant surement la douleur que je ressens. " c'est ta décision.. j'ai dis que j'accepterais. " je n'avais surement pas pensé que cela me ferait autant de mal. C'est froid.. encore.. cette distance me glace. Je renifle et je regarde le bord du lac, un léger sourire se dessine au niveau de mes lèvres. Je repense à une chose qui me plait. " Tu te souviens cette nuit.. il faisait chaud, on a décidé de camper ici, on était seul au monde. On a fait l'amour.. c'était par là.. dans l'herbe sur un plaide.. personne ne nous a vu.. j'ai dormi dans ses bras puis on s'est baigné nus dans l'eau qui elle était glacée, tu te souviens ? " je sens ma voix flancher, je souffle pour me reprendre. " Puis encore avant, sur le banc de l'autre coté c'est là que tu m'as embrassé pour la première fois. J'y croyais plus je dois dire.. et j'ai cru que mon coeur allait exploser. " Je souris légèrement, je tremble d'émotion. Je le regarde lui maintenant. " Mon coeur n'a pas explosé finalement.. il est juste fissuré, brisé sans toi. mais j'accepte, je devrais bien trouver de la glu ou un truc comme ça.. " l'humour n'est pas mon fort, non pas du tout, pourquoi je me cache sous ce masque là.. j'ai envie d'aller hurler.. ma dignité m'en empêche.


____________



LOVE DISASTER
So can you see the branches hanging over me? Can you see the love you left inside of me? in my face can you see? Through the trees I will find you; I will heal the ruins left inside you. Cuz I'm still here breathing now I'm still here breathing now...I'm still here breathing now...until I'm set free. Go quiet through the trees.
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ● louisette
avatar


Messages : 429
Date d'inscription : 11/10/2014
Prénom, pseudo : .soulmates, louise
Avatar : t. james
Multicomptes : aucun pour le moment
Crédits : .soulmates (signature) moonstone (avatar)




MessageSujet: Re: ∞ I belong to my beloved, and my beloved is mine (eugeian)   Lun 13 Oct - 20:21

A. Eugenia Penderghast & Sabian Hawkins
Perdu dans ses pensées, Sabian était incapable de réagir. Elle lui avait demandé l'impossible, choisir entre se remettre ensemble ou se quitter à jamais. Le stress avait envahi son corps, le jeune homme ne voulait pas tout gâcher. Pourtant, depuis qu'il est petit, il a toujours tout fait en dépit du bon sens. Sabian était ce genre de mec à dire ce qu'il ne fallait pas, maladroit et extrêmement impulsif, il agissait puis réfléchissait. Alors que normalement, il devrait faire l'inverse : réfléchir pour pouvoir tenir un discours clair et sensé. Triste réalité. Trop d'interrogations dans son esprit, trop de questions sans réponses. C'était un dilemme horrible. Eugenia était prête à tout laisser tomber et à l'oublier. A côté de ça, elle était également prête à se remettre avec lui et continuer une histoire, leur histoire. Unique, il n'y avait qu'eux pour être aussi compliqués. Sabian ne voulait pas accepter cette responsabilité. Fuir aurait été la solution ultime et pourtant, il ne pouvait pas, il devait l'affronter. Le beau brun s'était mal exprimé, elle avait mal compris. Voyant la réaction de la belle rousse, il sentit la pression monter de nouveau. Certes le baiser l'avait en quelque sorte apaisé mais là, il venait de comprendre ce qu'il avait dit. " Je suis désolé, je suis faible " Non mais Sabian, tu n'es qu'un crétin. Il s'en voulait, il aurait aimé lui dire autre chose. Tout ceci aurait été plus simple si seulement il avait pu lui dire je t'aime. Mais non, il fallait faire compliqué hein. Contre toutes attentes, Eugenia se montra nostalgique. Elle lui remémora tous les bons souvenirs qu'ils avaient eu ici, ensemble. Evidemment qu'il se souvenait de tout ça, même pire, ça lui arrivait de venir seul le soir, se mettre minable en repensant au passé. Mais ça, il allait le garder pour lui. « Ce n'est pas ce que j'ai dit Eugenia ! » dit-il d'un ton froid. Sabian mettait soudainement une distance entre eux. La peur de la perdre était beaucoup trop présente, il ne contrôlait plus rien, il paniquait. « Ce n'est pas à moi de prendre cette décision putain. Il s'agit de nous, de toi et moi. » continua-t-il un peu plus fort. Et c'est reparti, Sabian était incapable de ne pas s'énerver, c'était plus fort que lui, il devait dire ce qu'il pensait sinon il allait exploser. Sauf que ce n'était pas lui qui pensait actuellement, c'était sa double personnalité. Et ça, ce n'était pas bon du tout. « Vas-y tu sais quoi, trouves-toi une glu et oublies moi.. » râla-t-il. Sabian était énervé et n'avait plus envie de parler.

____________


what comes from the heart will go to the heart
They put the world in a tin can black market contraband and it hurt just a little bit. When they sliced and packaged it in a long black trench coat. Two hands around the throat. Oh you wanna get it right sometimes. There's so much to be scared of. And not much to make sense of, how did the crowns ever get control.
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ● queen elisabeth II
avatar


Messages : 852
Date d'inscription : 11/08/2014
Prénom, pseudo : Lucy ou Ginny
Avatar : Emma Stone
Multicomptes : Non
Crédits : #ginny




MessageSujet: Re: ∞ I belong to my beloved, and my beloved is mine (eugeian)   Lun 13 Oct - 21:48

A. Eugenia Penderghast & Sabian Hawkins


La situation est totalement critique.. Je crois bien que c'est la fin. Cette fois pas de nouveau retour.. c'est fini.. je ne sais pas comment je vais me sortir de cette histoire pitoyable,apparemment.. Je commence a avoir de plus en plus mal à la tête, le calme ne revient pas dans mon monde, je suis fatiguée mais bordel, il faut juste que tout s'arrête, que je me réveille.; Allez c'est un méchant cauchemar, je vais me réveiller dans ses bras et tout sera comme avant, je serais bien.. il va me sourire et il embrassera mon front.. un frisson pourrait parcourir mon échine. Je me collerais contre lui mais impossible parce que je n'arrive pas à me réveiller c'est terminé. C'est comme si il prenait une part de moi.. cette part qui lui était destiné.. il marche dessus, il se fait un malin plaisir à me briser.. l'espoir qui venait de renaître n'est plus.. c'est juste douloureux. Non le mot douleur ne suffirait pas. Je n'ai pas de mot.. c'est comme l'amour, il arrive parfois qu'on ne trouve les mots pour définir ce que l'on ressent. Je pleure c'est minable, je n'arrive à rien lorsque je me retrouve face à lui. C'est comme si il avait ce don.. celui de me faire aussi bien du bien que du mal. Bordel, j'ai mal. Je n'arrive pas à croire que c'est ce qu'il décide.. je ne comprend pas, pourquoi tout ses souvenirs me reviennent en tête comme ça. J'inspire mais je n'arrive plus à me calmer c'est juste une torture émotionnelle, ne rupture encore avec lui juste me tuer une seconde moi, je me retourne dans ma tombe.. Une tombe que finalement j'ai bâti toute seule. C'est moi qui nous est mis dans une telle situation et je ne sais pas comment je vais faire pour m'en sortir. J'ai juste envie de partir en courant, me noyer dans ce lac si profond. Je serais à tout jamais dans un endroit bourré de sens pour moi. Je déglutis. Il semblerait que je n'ai pas compris. Mais j'aurais dû comprendre quoi ? Il n'est pas capable de me dire les choses clairement.. comment je suis censée savoir quoi faire ? Je ne sais pas.. plus rien. Je suis totalement perdue.. j'ai l'impression d'être bloquée. Pourquoi c'est compliqué de la sorte ? On ne se comprend plus.. pas ? C'est quoi ce délire, il est nécessaire à ma vie, j'ai besoin de lui. J'étais prête à lui dire ce que je voulais mais il ne me laisse pas le temps.. je me retrouve à être juste rien d'autre qu'un passé résolu pour lui. Une fille derrière lui qui l'a fait souffrir. Le monstre qui aura brisé son coeur.. un monstre qui se brise tout seul. Mon coeur s'accélère, je ne veux pas, je peux pas. Je veux faire un truc bouger mais je n'y arrive pas, je suis déconnectée.. Je ne comprend pas de suite ce qui est en train de se passer. Je sens juste que j'ai du mal à respirer. Je sens mon coeur battre trop fort, j'ai mal.. trop mal. Et c'est ce que j'espérais qui n'arrive pas.. Je tombe au sol sans pouvoir résister. Je sais parfaitement ce qui se passe ce n'est pas la première fois.. Je convulse sous les yeux d'un passé qui ne veut plus de moi. Je perds à moitié conscience, la réalité est telle réelle ?


____________



LOVE DISASTER
So can you see the branches hanging over me? Can you see the love you left inside of me? in my face can you see? Through the trees I will find you; I will heal the ruins left inside you. Cuz I'm still here breathing now I'm still here breathing now...I'm still here breathing now...until I'm set free. Go quiet through the trees.
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ● louisette
avatar


Messages : 429
Date d'inscription : 11/10/2014
Prénom, pseudo : .soulmates, louise
Avatar : t. james
Multicomptes : aucun pour le moment
Crédits : .soulmates (signature) moonstone (avatar)




MessageSujet: Re: ∞ I belong to my beloved, and my beloved is mine (eugeian)   Mer 15 Oct - 19:16

A. Eugenia Penderghast & Sabian Hawkins
Sabian s'énervait, se calmait, regrettait ses paroles, se torturait. Il ne savait pas quoi faire, la bipolarité lui dictait d'étranges réactions. En quelques minutes, il était passé d'un gars jaloux à un gars colérique, en passant par le gars nostalgique et paranoïaque. Tant de sentiments qu'il ne pouvait pas contrôler. Le jeune homme assistait impuissant à la situation. Il aurait voulu que les choses s'arrangent entre eux, qu'ils recommencent à zéro, qu'ils écrivent un nouveau chapitre dans leur vie. Un nouveau départ pour une nouvelle vie. Sabian aurait même pu se montrer gentil et attentionné avec sa belle. Mais lieu de ça, il avait lâchement refusé de prendre une décision qui aurait pu changer leurs vies. Ils étaient aussi pathétique l'un que l'autre. C'est clair, ils ressentaient énormément de sentiments envers l'autre mais non, pas question de se l'avouer. Pourquoi une telle retenue ? Serait-ce de la fierté ? Non, il y a bien longtemps que Sabian n'avait plus de fierté, ou du moins, d'égaux pour lui même. Quelque chose les retenait, ils n'étaient pas heureux ensemble et pourtant, ils ne pouvaient pas se passer de la présence de l'autre. Étrange comme relation. Dans le genre compliqué, ils en tenaient une couche. Eugenia se tenait à quelques mètres de lui, il avait l'impression qu'un gouffre les séparait. Si proches d'esprit et si éloignés physiquement. Un paradoxe qu'aucun des deux ne pouvait expliquer. Sabian venait de râler sur sa belle, il s'en voulait énormément mais le mal était déjà fait. Il ne pouvait pas revenir en arrière. Va t'acheter une glu, non mais quel con. La peur de perdre la petite Penderghast était trop forte, il ne savait plus ce qu'il disait. En fait, c'est à croire qu'il ne mesurait pas le poids de ses mots. Des mots blessant et des paroles absurdes. Le ton qu'il avait pris pour sa dernière phrase était tranchant. Il venait de mettre un point final à leur relation et je crois qu'il ne se rendait pas encore compte de ce qu'il venait de faire. Eugenia ne répondit pas. Stressé, Sabian attendait une quelconque réaction de sa part, c'était vital, leur relation ne pouvait pas se terminer ainsi. Oh oui il aurait voulu s'excuser tout de suite mais impossible. La rouquine semblait sous le choque. D'ailleurs, elle ne tarda pas à manifesté son mal être. Le jeune homme s'attendait à des pleurs ou encore à un rejet total de sa part,  il était loin de s'imaginer la suite des événements. Inconsciemment, le bipolaire plissa les yeux. Ce n'était pas normal, il se passait quelque chose. Autant on aurait pu penser qu'une telle violence se passe chez Sabian mais pas chez elle. Eugenia s'écroula littéralement au sol. Elle tremblait, elle faisait une crise. Aucune réaction de la part du beau brun, il se contenta de déglutir. Une partie de lui voulait lui venir en aide mais une autre partie refusait de bouger. Un combat interne troublant et particulièrement douloureux. Il la regardait de haut. Torturé, il voulait pleurer. La voir ainsi était totalement insupportable. Bordel mais ils ne pouvaient pas tout faire comme des gens normaux ? Non, évidemment. Ce n'était pas la première crise qu'il voyait mais c'était bien la première fois qu'il était incapable de réagir. Cruel n'est-ce-pas ? Regarder celle qu'on aime souffrir sans pouvoir l'aider. Après quelques secondes d'inactivité, Sabian réussit enfin à s'agenouiller devant elle. Putain, elle agonisait clairement. « Eh, calmes-toi ! » dit-il en posant sa main sur son bras. En effet, le calme était de rigueur. Sabian s'était calmé mais ce n'était pas suffisant, il fallait apaiser la belle rousse. « Allez, c'est tout, je vais te ramener chez toi. » dit-il en passant sa main sur son doux visage. Il était paniqué mais ne le montrait surtout pas. Elle tremblait encore, c'était assez impressionnant.

____________


what comes from the heart will go to the heart
They put the world in a tin can black market contraband and it hurt just a little bit. When they sliced and packaged it in a long black trench coat. Two hands around the throat. Oh you wanna get it right sometimes. There's so much to be scared of. And not much to make sense of, how did the crowns ever get control.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: ∞ I belong to my beloved, and my beloved is mine (eugeian)   

Revenir en haut Aller en bas
 

∞ I belong to my beloved, and my beloved is mine (eugeian)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Such is life :: RPs-