AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci à vous !
Deux semaines après l'ouverture du forum, il ne désemplit pas et la partie RP est toujours aussi active ! On vous aime
On continue...
N'oubliez pas, un petit vote toutes les deux heures pour faire connaître le forum,
et faire gagner des points à vos maisons en le signalant ICI
Le jaune poussin c'est moche !
Les Valmont commençant d'être très nombreux, essayez de privilégier les autres maisons
Fil d'actualité
Pour être au courant des petites nouveautés du forum arrivées entre deux maintenances,
n'oubliez pas de suivre le FIL D'ACTUALITE

Partagez | 
 

 Karma is a bitch (Emily)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
BIZUT O'CONNOR
avatar


Messages : 205
Date d'inscription : 13/10/2014
Prénom, pseudo : Gaëlle/Memoriam
Avatar : Chace Crawford
Crédits : WASTELAND




MessageSujet: Karma is a bitch (Emily)   Jeu 16 Oct - 13:07

Karma is a bitch
Hunter & Emily



Je ne comprenais pas les gens qui aimaient perdre leurs temps à la bibliothèque. Je veux dire, on est censés passer les meilleures années de nos vies à l’université et eux, ils passent leurs après-midis le nez dans des bouquins ? Il est où le capital fun dans l’histoire ? C’est tellement plus sympa de passer sa journée dans un jacuzzi en bonne compagnie à rien faire de ses journées. Ou à la piscine publique pour les gens désœuvrées qui n’ont jamais eu plus de cent dollars dans leurs poches. C’était définitif, je ne comprendrai jamais les rats de bibliothèque. Enfin, le plus étrange dans cette histoire, c’était moi. Parce que si je déblatérai autant sur ce lieu remplie de livres aux étagères mal-entretenues par une employée qui devait être aussi passionnée que moi par les balais et autres conneries du genre, c’était parce que j’y étais. Le grand Hunter O’Connor, contraint de faire ses recherches soi-même sans une âme charitable pour m’aider, si c’est pas désespérant tout ça. Un énième soupir s’échappa de mes lèvres alors que je franchis les portes de ce lieu maudit avec la motivation d’une limace radioactive. Je vis quelques têtes plus ou moins reconnaissables mais rien qui puisse m’intéresser jusqu’à qu’une certaine brunette sorte d’un rayon, chargé de livres plus ou moins imposant. Il y a bien un dieu dans ce monde, au final. Je savais que ma bonne étoile ne m’avait pas quitté. Tel un prédateur, j’attendis quelques minutes avant que la Mansfield prenne place sur une des tables. Vide de préférence. Ignorant le sort que je lui réservais, elle commença à prendre des notes. Studieuse au possible, concentré… Même en jouant l’élève modèle, elle restait canon. Attendez… Qu’est-ce que je venais de dire ? Non, ma collègue de travail n’avait rien d’attirant. Zéro, nada. Elle représentait juste une menace à éliminer. Canon et puis quoi encore ? « Alors, Nichols-Burkhart… Ta vie est tellement passionnante que tu vas passer encore ton après-midi dans les bouquins ? Tu devrais plutôt t’amuser. Si encore il y avait quelque chose à mater, je comprendrai ta passion pour les livres mais, y’a rien.du.tout. » Comment mon frère avait pu sortir avec elle ? C’était une véritable énigme que je n’arrivais pas à résoudre. Et pourquoi le professeur Fitzgerald l’avait choisie, elle ? Il y avait des étudiantes milles fois plus intéressantes sur ce campus. Nan, vraiment, je ne comprenais rien. « T’as l’air tendue… ou épuisé peut-être ? Vas-y, raconte à Tonton O’Connor ce qui te tracasse. Je ne dirais rien. Promis. » C’est qu’elle me faisait presque de la peine avec son air à déterrer un mort…

Revenir en haut Aller en bas
Good girls are bad girls that never get caught
avatar


Messages : 572
Date d'inscription : 16/08/2014
Prénom, pseudo : fucking face. (jaël)
Avatar : zoey sweetie deutch
Multicomptes : aucun double compte
Crédits : tumblr




MessageSujet: Re: Karma is a bitch (Emily)   Jeu 16 Oct - 17:17

J’avais un travail, il était superbe, enfin il l’était, mais j’avais aussi mes études d’un autre côté et j’essayais de faire mon maximum pour les deux. Les choses viennent souvent assez rapidement pour moi, je n’ai pas beaucoup de difficultés, mais ça ne veut pas dire que je dois me reposer sur mes lauriers pour autant. J’aime travailler, faire des efforts, me donner à fond dans tout ce que je fais… Je m’amuse aussi, bien sûr, moins que les autres c’est certains mais je ne suis pas un rat bloqué dans la bibliothèque sans rien d’autre à faire… Bien qu’aujourd’hui, j’avais prévu d’y passer une bonne partie de mon après-midi. J’essayais de faire le plus de travail possible comme toujours, mais ses temps-ci beaucoup plus pour le professeur Fitzgerald. J’essayais de me surpasser, plus que jamais. Avec toutes ses rumeurs qui cours, je n’ai pas envie qu’il se débarrasse de moi. Ça serait compréhensible n’empêche, on l’accuse de coucher avec ses élèves, et certaines en faveur de certaines appréciations… Et moi, j’ai eu un travail d’assistante alors qu’il en avait déjà un… 1+1=2 dans la plupart des esprits, comment leur expliqué quand dans ce cas-là pas du tout ? Comment dire le contraire, comment prouver que j’avais eu mon travail grâce à moi-même, mes compétences ? Je devais travailler deux fois plus que d’autres, et c’était injuste. Ca me mettait d’une humeur de chien, j’étais sur les nerfs… Vraiment sur les nerfs. Alors quand le beau, enfin pénible, Hunter O’Connor s’approcha… J’étais à des kilomètres de vouloir qu’il reste. J’avais envie qu’il parte, qu’il me laisse seule, surtout qu’il n’allait quand remettre une couche en restant ici. Se disputer dans un lieu de travail, de paix ? Non… Mais il était comme ça, toujours à chercher la petite bête… Je me demande ce qu’il cherche à faire, je ne démissionnerais jamais.  Je me contentais de lui adresser un regard de biais, essayant subtilement de lui faire comprendre que je n’étais pas d’humeur, et que je n’en avais pas la patience mais non, il n’allait pas bouger d’un pouce.. Et continuer de parler. « Je n’ai pas le temps de m’occuper de tes états d’âmes Hunter, j’ai du travail, c’est important. Contraîrement à toi je ne peux pas me permettre de ne rien foutre. Je n’ai pas un nom de famille célèbre. Oh que je détestais les O’Connor… Enfin, deux sur trois. J’étais quand même sortie avec Alexy… Ça aurait duré j’aurais été Emily O’Connor.. Berk. Mais bien sûr, Alexy n’était pas bien différent de ses frères, un coureur de jupons. Même le prétendu puceau avait eu plus de copine que certains étudiants. Des hypocrites, imbus d’eux-mêmes et égoïste… Et beaux comme des dieux. Il n’y a vraiment pas de justice.

____________

PRÉSENCE REDUITE



UNDERCONSTRUCTION
Revenir en haut Aller en bas
BIZUT O'CONNOR
avatar


Messages : 205
Date d'inscription : 13/10/2014
Prénom, pseudo : Gaëlle/Memoriam
Avatar : Chace Crawford
Crédits : WASTELAND




MessageSujet: Re: Karma is a bitch (Emily)   Ven 17 Oct - 14:58

Karma is a bitch
Hunter & Emily



Je me rappelle encore de ce jour où le professeur Fitzgerald m’avait présenté à Emily, me disant qu’on allait devoir travailler ensemble et des tas de conneries du même genre. Sur le moment, je l’avais détesté dès les premières secondes. C’était la même sensation que le jour où Delsin avait choisi de rejoindre la maison Mansfield. Ce sentiment de trahison que j’avais appris à haïr, à détester. Ce sentiment qui venait d’une personne que j’admirais en quelque sorte ou que j’aimais même si j’étais loin de le montrer. Ça faisait mal et la Nichols-Burkhart allait en payer le prix. Je me l’étais promis. Depuis, je ne lui avais pas laissé un seul instant de répit. C’était plus fort que moi. Dès que je la voyais, je me sentais obligé de troubler sa tranquillité, de lui gâcher sa journée jusqu’à ce qu’elle disparaisse ou réagisse. Souvent, c’était la seconde option qui tombait. Fuir ne faisait pas partie de ses actes favoris, visiblement. Madame devait avoir une certaine fierté finalement. Je souris à sa réplique où elle clamait haut et fort que c’était une élève modèle qui faisait tout pour mériter sa place, qu’elle n’avait pas de nom particulier pour assurer ses arrières. « Ce n’est pas à moi qu’il faut en vouloir si tu n’as pas su naître dans la bonne famille… Et je m’inquiète plutôt pour tes états d’âmes. Pour une fois que je fais dans la charité, tu devrais en profiter. » Tu parles, c’était de l’hypocrisie pur et Emily l’avait bien compris. Je m’en contre-fichais de ses humeurs. Seuls les malheurs qui lui tombaient dessus m’intéressais un minimum. Oui, j’étais une enflure. Je ne reniais pas cette partie de moi et avec ma collègue de travail, j’avais tendance à me montrer mille fois plus odieux. Je tirais une chaise à moi dans un bruit d’enfer tout en jetant un sourire angélique à la bibliothécaire qui me foudroyait du regard et m’installa en face de ma proie du jour. Je tournai les pages d’un ses bouquins avec une mine faussement intéressée. « Tout le monde sait que tu es une tête, pas la peine de prétendre le contraire. Je suis sûr qu’en bossant un minimum, tu décrocherais un A+ » Je venais effectivement de lui faire un compliment sans réellement y faire attention. Même si peu de gens appréciait qu’on souligne le fait que c’était des intellos. Etre con, c’était carrément plus hype si je restais dans leurs sens. Mes yeux vagabondèrent d’une table à l’autre alors que je m’emparais du livre et entreprit d’en faire un coussin plus ou moins confortable, mes bras aidant. Du coin de l’œil, je la voyais hésiter à m’assommer avec une sorte d’encyclopédie à sa gauche et je retins un sourire. Elle devait tellement regretter d’avoir eu cette idée de venir à la bibliothèque. Elle aurait dû rester chez les Mansfield. « Le professeur Fitzgerald n’a pas l’air d’être dans son assiette, ces temps-ci. Il regrette déjà de t’avoir choisie ? En même temps, quoi de plus normal avec cette rumeur qui lui tombe dessus. Au final, tu as raison d’étudier beaucoup plus. Tu ne fais que lui attirer des emmerdes. Autant essayer de faire profil bas et de collectionner les supers notes. » Je relevai la tête d’un seul coup tout en refermant brutalement le livre que j’avais ouvert, faisant voler diverses feuilles au passage. « Dans ma grande bonté, je veux bien mettre une trêve en place… Le temps que ça se calme, tu comprends ? »

Revenir en haut Aller en bas
Good girls are bad girls that never get caught
avatar


Messages : 572
Date d'inscription : 16/08/2014
Prénom, pseudo : fucking face. (jaël)
Avatar : zoey sweetie deutch
Multicomptes : aucun double compte
Crédits : tumblr




MessageSujet: Re: Karma is a bitch (Emily)   Ven 17 Oct - 20:24

Je suis bien plus brillante que lui. C’est peut-être pour ça qu’il me déteste tant, parce que je ne vois pas bien ce que j’ai pu faire d’autre. Ok… J’avais quitté son frère, mais comment expliquer que j’arrivais encore plus au moins à bien m’entendre avec lui, mais pas avec Hunter ? Surtout que franchement, je crois qu’Hunter est le genre de mec à n’en avoir rien à foutre d’avec qui son frère couche… Il ne pouvait donc que être jaloux de moi et ça, ça m’attristais vraiment… Il était plus âgé, et donc logiquement il pouvait aussi prétendre être le plus mature des deux non ? Et pourtant, j’avais parfois l’impression d’être la plus adulte. Tout comme le professeur Fitz d’ailleurs, c’est bien pour ça qu’il me préfère bien que ses temps-ci... C’est tendu, enfin, avec les rumeurs et tout ça. « Tu ne sais rien de moi c’est ça ? Je viens d’une bonne famille, d’une très bonne même, mais je ne me sers pas du nom de mon père pour faire du bon travail. Je n’en ai pas besoin. Et je n’ai encore moins pas besoin de ta pitié. Les O’Connor ne font pas dans la charité de toute façon, crois moi je suis au courant. » J’étais moins patiente que d’habitude, j’y prenais aussi moins de plaisir. Oui, il faut l’admettre, je prenais parfois du plaisir à me disputer avec lui, mais pas aujourd’hui, pas tout de suite du moins. Il me fallait plus de temps ? Peut-être qu’il l’avait compris, parce que sans que je ne sache d’où ça vienne, il me fit un compliment ? C’était un compliment je crois bien. Un sentiment étrange naissait, j’étais soudainement un peu confuse. Je n’allais pas le remercier, loin de là, en temps normal ses compliments agite un panneau sarcasme gros comme son égo, mais cette fois rien, je n’y lisais pas de sarcasme… Mais bon, c’était du sarcasme obligé, pourquoi il serait gentil avec moi d’un coup ? Si on pouvait appeler ça de la gentilesse… « Je n’ai pas besoin de ton sarcasme Hunter, et de toute façon le travail que je fais il est pour Fitz. » Je soupire, je l’avais laissé s’installer sans trop le combattre, et il l’avait fait un la grâce d’un éléphant. Je le regardais, il était exaspérant, et j’avais honte d’être vu par la bibliothécaire avec lui. J’étais une Mansfield bon sang, bosseuse et apprécier. Je n’avais pas envie que la planète entière pense que je traîne avec des gens aussi peu discipliné et bien, qu’un O’Connor. « Ça t’arrive de faire attention aux autres ? Tu n’es pas seule ici. » Je prenais les affaires qu’il avait mis en désordre et les alignait correctement à côté de moi, y compris les livres avec lesquels il a voulu se faire un coussin. « Je n’ai pas besoin de faire profil bas… Il ne va pas me renvoyer à cause de son image… » Mais parole sonnait comme une question, comme si j’avais envie d’être rassurer par Hunter… Je n’allais évidemment pas vers la bonne personne. « Ce que tu es généreux Hunter, vraiment.. Mais tant que tu ne pourras pas m’apporter la tête de celui qui a commencé à dire que le professeur couchait avec ses élèves en échange de faveur, tu ne m’es d’aucune utilité. »

____________

PRÉSENCE REDUITE



UNDERCONSTRUCTION
Revenir en haut Aller en bas
BIZUT O'CONNOR
avatar


Messages : 205
Date d'inscription : 13/10/2014
Prénom, pseudo : Gaëlle/Memoriam
Avatar : Chace Crawford
Crédits : WASTELAND




MessageSujet: Re: Karma is a bitch (Emily)   Sam 18 Oct - 17:02

Karma is a bitch
Hunter & Emily



Madame était visiblement vraiment sur les nerfs. Le jeu n’avait pas la même saveur que d’habitude. La tension qui régnait toujours entre nous était presque à couper au couteau. Emily ne tarda pas à me remettre à ma place sèchement après que j’ai abordé le sujet familial. Je m’offusquai pour la forme quand elle m’accusa de profiter du nom de mon père pour ne rien faire de mes journées, du moins, côté études. Pour le reste, j’étais plus actif. A croire qu’il fallait presque être désolé entre la présence de la jeune femme de ne pas être friand des cours ou de passer des heures à potasser un truc qui me servirait à rien. Redescends sur terre ma vieille. On est pas tous passionnés par les livres poussiéreux. Elle était presque ennuyante. Tellement que je lâchais un soupir avant de me réinstaller confortablement sur la table. Jusqu’à que je remarque sa gêne après que je lui ai sincèrement fait remarquer qu’elle était l’une des plus intelligente du coin. « Ça te va bien le rouge aux joues… » M’exclamais-je avec un sourire narquois. Elle ne rougissait pas d’un poil mais ça m’amusait de dire ça. Habituellement, quand on faisait remarquer à quelqu’un qu’il était en train de rougir, son état s’aggravait. Avec un peu de chance, j’aurais le droit au même résultat en continuant sur ma lancée. La mettre mal à l’aise. « Ce n’était pas du sarcasme, juste la pure vérité. Maintenant, si tu préfères que je dise que tu es complètement stupide, pas de problème, je retire mes propos. T’as une si piètre opinion de moi que tu t’imagines que je passe ma vie à te critiquer ? » Franchement, elle pensait vraiment qu’elle était aussi importante que ça pour que je passe mon temps à parler d’elle ? Et après, on dit que c’est moi qui possède un égo surdimensionné… Si elle pouvait se regarder dans une glace avant de sortir des conneries pareilles, ça m’arrangerait. Mon interlocutrice me fit remarquer que je n’étais pas le seul être de cette pièce et je lui répondis avec un grand sourire avant d’ajouter avec indifférence « J’avais remarqué que je n’étais pas seul. Tu me fais la morale depuis cinq bonne minutes sur ma conduite. Difficile de faire abstraction de tes répliques sans grand intérêt. Je préfère quand tu es en meilleure forme. Je m’amuse plus mais bon, comme tu es la seule fille un peu près potable à embêter dans la pièce, je me sens obligé de te tenir compagnie. » Oui, j’avais bien dit qu’elle était regardable. J’ignorais si elle allait le prendre bien ou mal, à tous les coups, ce serait mal. Elle risquait de m’envoyer chier dans les règles de l’art mais, j’avais l’habitude avec elle. Je scrutai son expression quand l’étudiante en droit se mit à penser tout haut, comme si elle doutait. « Tu veux pas un câlin non plus pour te rassurer sur le fait que non, monsieur Fitzgerald ne va pas te licencier ? Il faudrait être bête pour faire ça, franchement, vu le mal qu’il s’est donné pour me faire comprendre que je n’étais pas le seul qui l’intéressais. Laisse tomber cette rumeur, elle va finir par s’estomper au profit d’une autre plus croustillante. » Quoique, je me demandais vraiment ce qui pouvait enflammer une université plus qu’une relation professeur/élève… Bof, inutile de l’énoncer à voix haute. Emily rejeta mon traité de paix avant de me mettre au défi de trouver la personne qui avait osé inventer cette histoire de faveur. Genre, elle pensait que j’allais lui dire que c’était moi qui avais malencontreusement balancé l’idée que monsieur Fitzgerald était attiré par certaines de ses élèves ? Je ne suis pas suicidaire non plus. « J’ai aucune idée de qui pourrait être cette personne. Va savoir, peut-être que quelqu’un était intéressé par ce cher professeur et quand cette fille a vu que tu avais décroché ce poste d’assistante au lieu d’elle, la miss n’a pas apprécié. Les femmes jalouses peuvent faire n’importe quoi pour se faire remarquer… »

Revenir en haut Aller en bas
Good girls are bad girls that never get caught
avatar


Messages : 572
Date d'inscription : 16/08/2014
Prénom, pseudo : fucking face. (jaël)
Avatar : zoey sweetie deutch
Multicomptes : aucun double compte
Crédits : tumblr




MessageSujet: Re: Karma is a bitch (Emily)   Jeu 23 Oct - 14:14

J’avais tellement de raisons de le détester… Je ne savais tout bonnement pas par quoi commencer. Je ne le connaissais pas vraiment, ce n’est pas comme si il m’en avait donné l’occasion aussi, je ne savais rien de lui, sauf peut-être que c’est un grand, un grand hypocrite. Alors quand il venait me voir tout sourire, me complimentant, me disant que nous pourrions faire une « trêve », je ne le croyais pas. Je me méfiais, et à juste titre. Je n’étais pas une débutante à ce jeu, je ne suis pas une petite fille naïve qui se jetterais dans la gueule du loup uniquement parce qu’il l’avait demandé gentiment non… J’étais assez expérimenté et surtout j’avais appris à ne pas faire confiance aux gens en général, et encore plus à Hunter. « Rougir, vraiment ? » Je ne l’étais pas vraiment, mais rien qu’à l’entendre le dire j’étais moins à l’aise, plus gênée et donc : plus rouge. Ce qui me frustra plus que n’importe quoi. Mes jambes alors se décroisent et je ramène mes bras vers ma poitrine. J’essayais de prouver quelque chose, de lui tenir tête, et pour n’importe quel raison. C’est mon truc, tenir tête aux gens comme lui… Aux gens essayant de s’introduire dans ma vie, dans ma tête, en général à vrai dire. « Non attends, laisse-moi deviner. C’est là que tu es censé me dire que tu n’es pas comme tu prétends être, que tu as un bon fond, que tu ne me veux rien de mal, que je devrais te faire plus confiance ? » Je grimace. Ses paroles ne me bouleversent pas non vraiment, mais c’est tellement inhabituel, même si c’était du sarcasme, dire que je suis potable, donc belle, dire que je suis intelligente, c’est trop gentille. Il voulait quelque chose, ou il me narguait. Dans les deux cas, ça me dérangeait. « En vue de la situation, je me trouve très en forme. » Je levais le regard de mon bouquin, je crois que je pouvais lui faire face, le regarder dans les yeux. Il était clair que je ne travaillerais pas tant que je n’en aurais pas fini avec lui, j’arrêtais donc de me voiler la face. « Tu essaie de me rassurer là ? Vraiment ? Hunter… Qu’est-ce que tu veux, qu’est-ce que tu cherches sérieusement ? » J’écoutais sagement ses paroles, ricanant un peu. « Donc tu sais que c’est une femme, mais tu ne sais pas qui c’est ? Franchement, tu es un O’Connor, tu sais tout ce qu’il se passe ici non ? Tu peux me le dire. Tu te donnes tellement de mal pour me remonter le moral, me rassurer. Dis-moi le nom de cette « femme » »

____________

PRÉSENCE REDUITE



UNDERCONSTRUCTION
Revenir en haut Aller en bas
BIZUT O'CONNOR
avatar


Messages : 205
Date d'inscription : 13/10/2014
Prénom, pseudo : Gaëlle/Memoriam
Avatar : Chace Crawford
Crédits : WASTELAND




MessageSujet: Re: Karma is a bitch (Emily)   Ven 24 Oct - 15:26

Karma is a bitch
Hunter & Emily



Comme je l’avais prévu, une jolie couleur rouge fit son apparition sur le visage d’Emily. Uniquement par touche, mais c’était quand même jouissif. J’adorais avoir raison, j’adorais l’emmerder à un point incroyable. Cette fille m’amusait avec ses airs de filles intouchables qui pensent tout savoir de tout le monde. Cette fille qui ne connaissait rien de moi se laissant guider par ma réputation ou les rumeurs et qui cherchait à me faire la leçon. Emily, c’était exactement ce genre de personne. Du moins, elle n’avait jamais cherché à me détromper. Tant mieux. J’avais pas à me sentir coupable de l’ennuyer à chaque fois que je la croisais comme ça. « Ça te va tellement bien le rouge sur ton teint. On a l’impression que tu ressens des choses. C’est cool. Je pensais que seuls les bouquins pouvaient t’émouvoir d’une quelconque manière. » Expliquai-je avec un grand sourire. Tout était faux, évidemment. La preuve, en ma présence, elle ne montrait qu’irritation et colère. J’écoutais avec attention sa pseudo analyse et mon sourire devint narquois. « Franchement, si je voulais te faire croire que j’étais l’homme idéal, je me comporterais différemment depuis le début, tu ne penses pas ? Mais, je t’en prie… Continue ta psychologie sauvage, ça m’intéresse. J’ai hâte que tu arrives au moment que tu m’annonces que j’ai vécu un traumatisme dans mon enfance pour me conduire comme un tel enfoiré. » Peut-être que c’était juste elle qui me traumatisait. Elle et son amour des études. Elle et son don pour éveiller en moi un désir de lui pourrir ses journées rien qu’en voyant son visage. Entre Calixte et Emily, j’étais servi. En plus, elles ne pouvaient pas être moches hein. Bah non, fallait qu’elles soient toutes les deux canons. Je lâchai un soupir un peu trop bruyant puisque certains se retournèrent me foudroyant du regard. C’était pire que dans une église, ici. Qu’est-ce que je fichais là, sérieusement ? Pourquoi est-ce que je m’obstinais à lui parler, à la chercher ? Parfois, mon comportement me dépassait. Peut-être que j’étais schizo, que j’avais un trouble quelconque dans la tête. L’agacement transparaissait à travers tous les pores de sa peau, à travers ses paroles, à travers l’expression de son visage. N’importe qui comprendrait qu’il était temps de plier bagages mais, je n’étais pas n’importe quoi. J’étais un O’Connor. L’aîné de la fratrie et j’étais décidé à pourrir l’oxygène autour d’Emily jusqu’à qu’elle craque. Elle commençait déjà à être impatiente, cherchant les raisons de ma présence en ce temple du savoir. Puis, quelques minutes plus tard, elle semblait déjà avoir oublié sa précédente requête, sautant sur l’occasion de savoir qui était la personne qui avait lancé cette rumeur sur le compte de son professeur adoré, manquant de saboter son avenir. « Certes, je suis un O’Connor mais, je ne suis pas Big Brother. Je ne surveille pas tous les faits et gestes des autres étudiants pour savoir ce qu’ils font. Alors, j’ignore qui est la personne qui est décidé à pourrir la réputation de Mr Fitzgerald. Et puis, le plus amène à te fournir la réponse à cette question n’est autre que le professeur lui-même. Il doit bien savoir ce qu’il a fait dans sa vie pour s’attirer les foudres d’une ex délaissée, d’une élève bafouée et que sait je encore. Tu crois sincèrement que j’en ai quelque chose à faire du responsable de cette histoire ? Tu me prends pour Mère Theresa ? » Je haussai les épaules me désintéressant totalement du sort de ma compagne de travail et jeta un œil dehors. Il faisait beau mais, je préférai rester ici à la recherche d’un être à soudoyer pour m’aider à avancer mon boulot. « Et puis, il a cherché à ce que ce genre de bruit s’abatte sur lui. Quelle idée de prendre deux étudiants en tant qu’assistant. Si je ne faisais pas l’affaire, il avait qu’à me dire au revoir et te prendre uniquement sous son aile. Peut-être que tu lui plais vraiment en fin de compte… Peut-être que tu es tout ce qu’il cherche. Jeune, belle et intelligente. » Je m’arrêtais de parler soudainement. Ne venais-je pas à l’instant de lui faire trois compliments en un seul ? Sérieusement, il m’arrivait quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Karma is a bitch (Emily)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Karma is a bitch (Emily)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Such is life ::  :: Satisfy your needs :: Library-