AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci à vous !
Deux semaines après l'ouverture du forum, il ne désemplit pas et la partie RP est toujours aussi active ! On vous aime
On continue...
N'oubliez pas, un petit vote toutes les deux heures pour faire connaître le forum,
et faire gagner des points à vos maisons en le signalant ICI
Le jaune poussin c'est moche !
Les Valmont commençant d'être très nombreux, essayez de privilégier les autres maisons
Fil d'actualité
Pour être au courant des petites nouveautés du forum arrivées entre deux maintenances,
n'oubliez pas de suivre le FIL D'ACTUALITE

Partagez | 
 

 chasing pavements (nate)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
BIZUT MANSFIELD
avatar


Messages : 60
Date d'inscription : 12/10/2014
Prénom, pseudo : raphaëlle, oberlyn.
Avatar : colton haynes.
Crédits : rusty halo, tumblr.




MessageSujet: chasing pavements (nate)   Lun 20 Oct - 10:36

Bien sûr, Aiden avait gardé son numéro. S'était mis en colère contre lui même maintes et maintes fois en passant en revu son répertoire de portable, avait appuyé sur la touche qui menait au profil de son ancien petit ami, avait frôlé celle qui lui permettrait de supprimer son prénom, son numéro, et avait toujours terminé par le balancer dans un coin. Pouvait-on véritablement parler de petit ami, qui plus est ? Aiden le pensait. Il n'avait jamais été du genre petit-copain, petite-copine. Dragueur de nature, il aimait balader son entourage, jouer de ses charmes et de ses paroles. Aiden aimait plaire, et jusqu'à présent n'avait jamais été mauvais dans l'exercice. Être enfin en couple, en véritable couple, c'était se priver de ces petits plaisirs quand on rencontrait une nouvelle tête en soirée, ou même dans les rayons de la bibliothèques. S'il avait aimé Nathanaël ? Bien sûr. Et, à bien des égards, d'aucun aurait pu gager que le jeune homme avait été le premier à se faire une place solide dans le cœur de Walsh. L'aimait-il toujours ? Certainement. Sinon il n'aurait pas été si en colère de le savoir revenu à l'université de Virginia Beach ; sinon, il aurait été capable d'aller vers lui, lui serrer la main peut-être, et échanger quelques phrases, lui demander comment s'était passée son année à Londres, comme l'aurait fait tout « pote ». Aiden ne voulait pas être son pote. A dire vrai, Aiden ne voulait même plus le croiser tant son ressentiment était encore vivace. La vie, cependant, ne marche pas selon le bon vouloir des uns et des autres, et, ainsi, le croisait-il tous les jours de la semaine, évitant soigneusement son regard, mais ne pouvait pas s'empêcher de glisser quelques coups d'œils dans sa direction. Le sentiment était fait de contraires, à tel point qu'Aiden se perdait lui même. Il aurait voulu lui hurler dessus, l'ignorer royalement, le prendre dans ses bras, aussi. Qu'importe, pour le moment, il se contentait de l'ignorer superbement. L'ignorer jusqu'à ce que leurs noms tombent de nouveau ensemble dans la grande loterie des travaux dirigés. C'était de cette façon qu'ils avaient commencé leur histoire, par un travail en commun, en s'inventant binôme. Le sort se fichait-il de lui ? C'est ce qu'il tendait à croire en envoyant un message quelques heures plus tôt à Nathanaël, fixant une heure de rendez-vous en fin d'après-midi, salle informatique. Comme à son habitude, Aiden prit son temps, ne chercha pas à se précipiter dans les étages pour arriver à l'heure exacte. Comme à son habitude, Aiden arriva en retard à leur rendez-vous. Que Nate s'estime heureux, en plein milieu des escaliers, le jeune homme avait fortement envisagé la possibilité de faire demi tour, rentrer chez lui, faire sa part de l'exercice de son canapé, et d'envoyer un simple e-mail pour en faire part à Nate. Bon prince, il poussa la porte. Nate était déjà là. Aiden s'approcha, tira une chaise vers lui pour s'asseoir, ne donnant comme bonjour qu'un simple petit hochement de tête, bien résolu à ne pas croiser les pupilles de son ancien amant. « Bon, on s'y met rapidement, qu'on termine au plus vite. » lança-t-il d'un ton sombre, attrapant dans son sac son calepin et la fiche de cours que le prof leur avait donné.   
Revenir en haut Aller en bas
BIZUT VALMONT
avatar


Messages : 19
Date d'inscription : 16/10/2014
Prénom, pseudo : mllehalloween
Avatar : xavier samuel
Crédits : soapflaws




MessageSujet: Re: chasing pavements (nate)   Lun 20 Oct - 12:08

Nathanaël Oswald ne s’était jamais véritablement considéré comme malchanceux. Il était de ceux qui, par nature, voyaient toujours la vie de façon positive. Bien sûr, il lui arrivait parfois de faire tomber sa tartine du côté beurré, de marcher en chaussettes dans la salle de bain mouillée, d’aller à la bibliothèque le mercredi, jour de fermeture hebdomadaire de la dite bibliothèque. Mais il ne s’en formalisait pas et prenait constamment les choses du bon côté. D’une certaine manière, c’était facile d’être lui. Tout semblait se dérouler parfaitement. Ses études ne lui posaient aucune difficulté et il était certain de trouver du travail sitôt qu’il aurait obtenu son diplôme. Sa vie de famille était loin d’être désastreuse et il s’entendait merveilleusement bien avec son père, signe qu’il avait résolu son Œdipe depuis longtemps. Il y avait cependant un détail… Un tout petit détail de rien du tout, qui venait foutre en l’air cette belle utopie. Et ce détail, il avait un nom. Aiden Walsh. Tout aurait pu être si simple s’il ne s’était pas incrusté dans le tableau… Depuis son retour de Londres, Nate n’avait eu de cesse de s’interroger sur le comportement à adopter envers celui qui lui avait brisé le cœur. Plusieurs fois, il s’était dit que peut-être valait-il mieux le prévenir, qu’il n’ait pas à affronter la surprise de le voir revenir en cours dès la rentrée. Mais à bien y réfléchir, il n’avait finalement aucun compte à lui rendre. Ils n’étaient pas un couple et n’en avaient jamais été un, Aiden ayant fait en sorte de ne laisser aucun doute possible à ce sujet. Les premiers cours en commun avaient été décisifs pour leur relation : allaient-ils feindre une amitié montée de toute pièce ? ou se contenteraient-ils de s’ignorer jusqu’à la fin du semestre ? Encore une fois, Aiden avait pris sa décision : il ne lui décrocha pas un traître mot. Malgré la rancœur et l’amertume qui rongeaient Nate, celui-ci ne pouvait s’empêcher de jeter de brefs coups d’œil à son ancien amant, espérant naïvement croiser son regard de temps à autre. Mais il n’en fut rien, et il dût se rendre à l’évidence. Aiden était passé à autre chose, et ce depuis longtemps déjà. C’est un coup du sort qui finit par les réunir. De nouveau, leurs deux noms tombèrent pour un binôme de travail en TD, ce qui les obligeait à faire équipe comme ça avait été le cas aux débuts de leur relation. Nate adorait ce genre d’ironie du sort mais beaucoup moins lorsqu’il était concerné et que la chose devenait si cruelle. Les deux jeunes gens décidèrent donc d’un rendez-vous, fixé dans l’enceinte de la faculté pour éviter toute familiarité. Et comme à son habitude, Aiden ne jugea pas utile de se pointer à l’heure. Cette séance de travail promettait décidément d’être particulièrement tendue et jusqu’à voir son binôme pousser la porte de la salle, Nate s’était demandé s’il devait réellement rester. « T’en fais pas, j’avais pas l’intention de m’éterniser. » soupira-t-il en réponse à sa remarque. Ses affaires déjà sur la table, il plongea la tête dans le bouquin pour cerner au mieux le problème, qui s’avérait relativement difficile et qui promettait un certain nombre d’heures de travail. « J’espère que t’es motivé, j’ai pas envie d’passer ma nuit là-dessus. » Il n’avait pas oublié les mauvaises habitudes de son ancien amant, qui avait souvent préféré sortir avec ses potes plutôt que de bosser ses cours au risque de se mettre en retard mais il espérait que depuis il avait pris de bonnes résolutions afin qu’ils n’aient pas à s’attarder dans cette salle soudainement devenue beaucoup trop petite.
Revenir en haut Aller en bas
BIZUT MANSFIELD
avatar


Messages : 60
Date d'inscription : 12/10/2014
Prénom, pseudo : raphaëlle, oberlyn.
Avatar : colton haynes.
Crédits : rusty halo, tumblr.




MessageSujet: Re: chasing pavements (nate)   Lun 20 Oct - 12:38

Non, cela ne lui plaisait pas beaucoup d'être ici, et non, Aiden n'avait pas l'intention de faire le moindre effort pour le cacher. Tout, dans son attitude jusqu'au ton de sa voix trahissait son énervement. Voir son ancien amant le mettait mal à l'aise, lui qui était pourtant le roi de la confiance en lui, était toujours arrivé à passer outre les ruptures pour les transformer en amitiés, ou en indifférences nettes. Avec Nate, cependant, cette aptitude semblait s'être enraillée, refusait se faire son chemin pour apaiser les cœurs et lui permettre de reprendre une route normal ; Nate n'était pas n'importe quel ex qu'il pouvait effacer de sa vie en un simple claquement de doigts. Nate était celui qu'il avait aimé, quand bien même il n'avait jamais vraiment prononcé ces quelques mots, croyant sûrement que le jeune homme serait capable de lire dans son esprit qu'il comptait plus que les autres, qu'il voyait en lui quelque chose de particulier, qu'il n'aurait pas su trouver ailleurs. Qu'il n'avait, d'ailleurs, pas réussi à retrouver auprès des quelques aventures qui avaient peuplé cette année post-Nate. Alors oui, Aiden était mal à l'aise, n'avait pas la moindre idée de comment se comporter avec lui. Depuis quelques semaines, l'ignorer avec superbe avait semblé être l'option la plus raisonnable, au moins ne s'énervait-il pas devant lui, au moins n'apparaissait-il pas comme une page blanche sur laquelle Nate aurait pu lire la façon dont il l'avait blessé en partant, la façon dont il lui avait manqué, quoi qu'il puisse penser et dire. Quand Nate prit la parole, Aiden haussa doucement les épaules en levant les yeux au ciel. L'ambiance avait quelque chose de lourd ; que s'était-il attendu à voir, en même temps ? Le même Nathanaël aux sourires si gentils, comme ceux des premiers jours ? Elle était loin cette époque là. Elle lui avait filé entre les doigts. « tant mieux. » grogna-t-il, plus pour lui même que pour son binôme. Aiden laissa ensuite échapper un rire bref. « pourquoi, ta vie est devenue palpitante depuis que tu es parti à Londres ? T'as découvert qu'il y avait aussi un monde, la nuit ? » railla-t-il en arquant un sourcil, levant enfin le menton vers le jeune homme et le couvant d'un regard des plus moqueur. Londres résonnait comme une traitrise dans l'esprit de Walsh. Aiden en était même arrivé, au bout d'un moment, à blâmer le peuple anglais dans son entièreté pour le départ de Nate. Le jeune homme attrapa son livre de cours, jeta un coup d'oeil aux textes et aux équations, aux exemples de formules qui étaient inscrites sur les pages avant de le refermer d'un coup sec. Il n'arrivait pas à se concentrer, ne pourrait pas se concentrer tant qu'ils seraient tous les deux dans la même pièce. Avec un soupir, il reposa le bouquin sur la table, croisant les bras sur son torse comme un enfant colérique. Lui qui déclarait quelques minutes plus tôt qu'il souhaitait s'enfuir au plus vite après l'exercice ne semblait pour l'instant pas enclin à écrire le moindre mot. Aiden ne semblait pourtant pas décidé à se lever et partir en claquant les portes. Non, il restait là, planté sur sa chaise avec aigreur, sans même daigner montrer une once d'intérêt pour leur exercice -pourtant seul véritable moyen d'avoir la paix et d'en finir au plus tôt-. Aiden préférait jouer au plus con, sombrer dans les moqueries, un jeu pour lequel il se serait lui même décerné le titre de prince. On dit souvent que l'emportement, plus vif à apparaître que la raison et les mensonges, était l'image d'une page qui ne pouvait pas se tourner ; celle d'Aiden aux sourcils froncés, à la mâchoire serrée, semblait être écrasée par le poids de sa rancœur.
Revenir en haut Aller en bas
BIZUT VALMONT
avatar


Messages : 19
Date d'inscription : 16/10/2014
Prénom, pseudo : mllehalloween
Avatar : xavier samuel
Crédits : soapflaws




MessageSujet: Re: chasing pavements (nate)   Lun 20 Oct - 13:06

Nate était quelqu’un de bien. De foncièrement gentil. Il ne supportait pas l’hypocrisie, la méchanceté gratuite, bref, n’importe qui aurait pu lui décerner un prix Nobel pour faire preuve d’autant de bienveillance envers autrui. Depuis tout petit, il s’évertuait à ne voir que le bon côté des gens qu’il côtoyait mais parfois, sa naïveté touchante lui jouait des tours. Lorsqu’il avait préparé ses affaires pour rejoindre Virginia Beach, il s’était souvent demandé quelle serait la meilleure attitude à adopter en revoyant Aiden. Si d’abord la rancœur prenait le dessus, il avait toutefois décidé que l’indifférence était sans doute la façon la plus sage de régler le problème. Rien ni personne ne les obligeait à se fréquenter et la promo était suffisamment grande pour qu’ils puissent s’éviter tout au long de l’année. C’est donc serein qu’il avait embarqué dans l’avion, songeant que de toute façon Aiden ferait également son possible pour ne pas le croiser. Et ils s’en étaient d’ailleurs plutôt bien sortis jusque-là. Ils ne se parlaient pas, ne se regardaient pas, n’avaient plus rien en commun désormais. Nathanaël se contentait simplement de l’observer de loin, tout en essayant de se convaincre du bien fondé de son départ. Il avait eu raison de s’éloigner, il en était persuadé. Ou en tout cas, il tentait d’incriminer Aiden pour leur séparation, c’était lui le seul fautif. Pourtant celui-ci semblait entretenir une certaine animosité à son égard, à en juger par le ton froid et hautain dont il usait pour se moquer ouvertement. Cette attitude puérile avait tout pour agacer le jeune homme, qui faisait preuve d’un sang-froid remarquable pour ne pas corriger son ancien amant d’un coup de poing bien senti dans la mâchoire. « en fait ce sont mes nuits qui sont devenues plus palpitantes, depuis que je ne les passe plus avec toi. » siffla-t-il sans pour autant adresser la moindre attention à son interlocuteur. Malgré l’ambiance tendue qui régnait dans la pièce, il était décidé à finir cet exercice au plus vite et devait se concentrer pour occulter la présence d’Aiden qui ne lui rendait pas la tâche des plus faciles.  Rien n’aurait pu rendre la conversation plus désagréable, et s’ils en venaient à s’attaquer l’un l’autre aussi franchement, alors il était clair qu’ils seraient tous deux incapables de se mettre au travail. Mais peu importait le binôme finalement, Nate avait souffert trop longtemps de ces humiliations continues à savoir son « petit-ami » avec d’autres, il ne pouvait en supporter plus et c’était pour lui l’occasion rêvée de lui prouver que sa vie était bien plus agréable sans lui. Un mensonge éhonté, certes, mais c’était là tout ce qu’il avait pour se défendre. Aiden avait toujours exercé une sorte de fascination malsaine sur lui, au point qu’encore aujourd’hui, il se savait trop faible pour résister à ses regards langoureux et c’était sans doute pour cette raison qu’il envenimait volontairement la situation, comme une assurance pour que jamais plus Aiden ne puisse avoir une quelconque emprise sur sa personne. « plutôt que de bouder comme un gosse capricieux, tu veux pas t’mettre au boulot ? ni toi ni moi n’avons envie d’être ici alors autant abréger. » A ces mots, Nate fouilla dans sa trousse pour attraper un stylo et commença à griffonner quelques équations sur son brouillon, tout en sachant pertinemment qu’il ne parviendrait pas à les résoudre tant que le regard de son ancien amant serait posé sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
BIZUT MANSFIELD
avatar


Messages : 60
Date d'inscription : 12/10/2014
Prénom, pseudo : raphaëlle, oberlyn.
Avatar : colton haynes.
Crédits : rusty halo, tumblr.




MessageSujet: Re: chasing pavements (nate)   Lun 20 Oct - 22:47

Doucement, Aiden se laissait gagner par l'énervement qu'il tentait tant bien que mal de dissimuler. Ses plus proches amis auraient sûrement remarqué ces sourcils qui n'en avaient plus fini de se froncer, ou les commissures de ses lèvres qui vrillaient dangereusement en ce sourire sarcastique qu'on lui connaissait tant. Souffrir d'une rupture ; il s'était moqué de nombreuses fois de ses amis et de leurs peines de cœur, pointant les morceaux avec dédain, jusqu'à ce qu'il sente à son tour son cœur se briser sous les mots et l'absence de celui dont il était tombé amoureux. Tout ce qu'il pouvait voir là était l'injustice de la chose ; Aiden s'était cru bien au delà de tout ça, aurait sûrement été le premier à parier qu'une rupture avec Nate ne lui ferait rien. Il se trompait lourdement, et cette rancœur qui embrumait aujourd'hui son humeur en était la plus grande preuve. Il avait envie de malmener Nathanaël, il avait des envies de vengeances qui échauffaient son sang. Pourtant, il continua à adopter ces mimiques de celui qui n'en avait strictement rien à faire. Mieux sans lui, alors ? Aiden et ses humeurs égocentriques n'en croyait pas un traitre mot. Les deux sourcils hauts perchés, il jeta un regard plein d'un faux étonnement à son ancien amant, rejoignant doucement ses deux paumes l'une contre l'autre. « Génial, ta vie est enfin devenue fascinante. » s'exclama-t-il dans un enthousiasme factice, se redressant doucement sur sa chaise pour lui servir un sourire en coin. N'aurait-il pas pu, simplement, plonger son visage dans les pages d'exercices ? Ne prononcer que les noms d'équations dont il n'avait, pour le moment, strictement rien à faire plutôt que de se vautrer dans cette mascarade dont il était le grand instigateur ? Tout aurait été plus simple comme ça, pour lui comme pour Nathanaël, mais Aiden ne pouvait pas s'empêcher de le chercher, espérant sûrement une réaction de sa part. Le faire sortir de ses gonds, le blesser, qu'importe tant qu'il le tirait de cette indifférence qu'il affichait lui même. Incapable de balayer devant sa porte, Aiden avait passé des semaines à reprocher à Nate son départ, l'accusant de tous les maux, le portant comme seul et unique responsable de ce vide qui s'était ouvert sous ses pieds ce jour là, en terrasse d'un café. Il attrapa un stylo qui traînait sur la table, échappé sûrement de la trousse de son binôme, jouant à le faire tourner entre ses doigts ;  essayant un instant peut-être de détacher son esprit de la présence voisine, à défaut d'avoir pu détacher l'existence de Nate de la sienne. Les anciens amants devraient rester là où ils sont, vivre dans le passé plutôt que de revenir danser sous nos yeux, nous narguer de leur physique et de leur voix inchangés qui réveillent les plus belles promesses et rouvrent les plaies à peine cicatrisées. Aiden se cala un peu mieux sur sa chaise, se balançant doucement vers l'arrière en détachant les deux premiers pieds du sol. Il haussa vaguement les épaules, le stylo tournant toujours entre ses doigts. « il n'y a que toi qui râle là, Nate. » souffla-t-il dans toute sa mauvaise foi. « je me renseignais juste sur ton voyage à Londres, en toute amitié. » il laissa une petite pause s'installer, reprenant avant que le jeune homme n'entrouvre les lèvres. « tu semblais si pressé de foutre le camp il y a un an, c'est bien que l'expérience devait être géniale, non ? »
Revenir en haut Aller en bas
BIZUT VALMONT
avatar


Messages : 19
Date d'inscription : 16/10/2014
Prénom, pseudo : mllehalloween
Avatar : xavier samuel
Crédits : soapflaws




MessageSujet: Re: chasing pavements (nate)   Mar 21 Oct - 11:15

Nathanaël savait qu’ils devaient à tout prix en finir vite. La tension s’accumulait dans la pièce, ils étaient même incapables de se regarder l’un l’autre s’ils ne voulaient pas en venir aux mains très vite. Jamais la situation n’avait été aussi délicate entre eux. S’il leur était parfois arrivé d’avoir quelques disputes comme un couple normal qu’ils n’étaient pas, l’américain se surprenait d’adopter une attitude si arrogante. De la part d’Aiden, il était loin d’être étonné en revanche. Ce garçon avait toujours fait preuve d’une insolence certaine, et à l’époque cela lui donnait beaucoup de charme mais c’était désormais devenu particulièrement agaçant au point que Nate se sentait obligé de riposter, ce qui n’était pourtant pas franchement son genre. Aiden faisait ressortir ce qu’il y avait de pire en lui et c’était sans nul doute ce qui l’avait poussé à partir un an plus tôt. Ils auraient mieux fait de se plonger dans les bouquins, les équations et les problèmes pour éviter d’affronter les leurs, mais ils devaient finalement se rendre à l’évidence : comment pouvaient-ils travailler ensemble s’ils n’étaient pas capables de se parler ? Au fond, c’était peut-être ça leur problème. Ils n’avaient pas su se parler lorsqu’ils auraient dû le faire. Longtemps, Nathanaël s’était blâmé pour n’avoir pas osé dire à son ancien amant tout ce qu’il ressentait pour lui. Mais il avait fini par se résigner en songeant que ça n’aurait de toute façon absolument rien changé. Aiden n’était pas un homme fidèle, il ne le serait jamais. Son coté inaccessible faisait des ravages auprès de la gente féminine, et Nate s’était fait avoir à son tour en imaginant naïvement qu’il serait celui grâce à qui le volage s’assagirait. Comme toutes ces pucelles écervelées qui s’entichent des mauvais garçons et qui finissent par pleurer d’avoir été si stupides. Voilà exactement où il en était. A se maudire lui-même pour n’avoir pas été plus intelligent que la majorité des adolescentes pré-pubères. Son ex semblait quant à lui vivre plutôt bien, et il prenait un malin plaisir à le titiller de toutes les façons possibles et imaginables. Il jouait avec son stylo, avec sa chaise, tandis que lui essayait encore vainement de se concentrer sur l’exercice qu’ils avaient à rendre. Aiden cherchait la confrontation, c’était évident. Nate ne comprenait pas pour quelle raison il tenait tant à envenimer les choses entre eux mais il ne pouvait le nier. Et malgré sa patience légendaire, il ne parvenait que difficilement à conserver son calme tant la présence d’Aiden l’irritait. « pour être honnête, j’ai pas franchement envie d’ton amitié. » répliqua-t-il en s’enfonçant un peu plus dans sa chaise comme s’il pouvait fuir loin de cette conversation qu’il n’avait aucune envie d’avoir. N’en supportant pas davantage, Nate lâcha son livre dans un long soupir d’agacement et se pinça l’arrête du nez, sans trop savoir de quelle manière apaiser le conflit. Et puisqu’Aiden ne faisait aucun effort, lui n’allait pas se priver non plus. « Ouais, c’était génial. Les anglais sont cools, et ils maîtrisent le french kiss bien mieux que les américains. » C’était là une précision inutile mais Nate connaissait suffisamment son ex pour savoir que celui-ci n’apprécierait que moyennement la comparaison. « Ceci dit si t’avais envie d’faire la causette c’était pas à moi qu’il fallait t’adresser. T’as tellement d’autres ‘amis’ à qui tu peux parler, donc maintenant tu la fermes et tu m’laisses travailler. Si t’as décidé d’m’emmerder tu peux rentrer chez toi, j’finirai tout seul. »
Revenir en haut Aller en bas
BIZUT MANSFIELD
avatar


Messages : 60
Date d'inscription : 12/10/2014
Prénom, pseudo : raphaëlle, oberlyn.
Avatar : colton haynes.
Crédits : rusty halo, tumblr.




MessageSujet: Re: chasing pavements (nate)   Jeu 30 Oct - 13:27

Qu'importe le ridicule de la situation, chercher à atteindre son ancien petit ami, lui tourner autour pour planter ses poignards là où il pensait pouvoir lui faire du mal, Aiden continuer de s'enfoncer. L'énervement faisait bouillir son sang, lui qui pourtant s'était persuadé avant de venir qu'il lui serait facile de continuer à simplement éviter Nathanaël. Le plan qu'il s'était résolu à suivre avant de mettre les pieds dans cette salle était pourtant simple : expédier l'exercice le plus rapidement possible, éviter de croiser les yeux qui l'avaient fait chavirer quelques années plus tôt, ne pas trop lui parler -pas plus que le strict minimum, et s'en tenir exclusivement aux codes et programmes-. Il existe une marge considérable entre les hypothèses, les plans échafaudés loin de celui qui nous avait brisé le cœur, et la réalité. Aiden s'en rendait enfin compte. Ou du moins, s'en rendrait-il compte quand ils se sépareraient de nouveau, reprendraient le cours de leurs vies loin de l'autre. Car, en ce moment, tout ce qui comptait à ses yeux était de faire sortir Nate de ses gonds. Le déstabiliser, lui faire perdre pieds, peut-être même le voir claquer son livre, jeter sa trousse et ses stylos dans son sac et partir d'un pas décidé. Walsh voulait voir une réaction ; Walsh ne pouvait pas supporter d'avoir Nate à ses côtés, leurs épaules se frôlant presque s'il s'était un temps soit peu décalé, à parler uniquement de mathématiques. C'était ridicule, de parler de maths ensemble. C'était nier ce qui était arrivé, c'était nier leur histoire, se voir comme de simples camarades de promos. Un rôle qu'Aiden ne pouvait plus assumer. Des deux, au final, c'était lui qui semblait le plus touché. Et, s'il avait fallu écrire un manuel sur sa personne, on aurait pu clairement montrer du doigt le fait que son énervement actuel, son arrogance et son ton moqueur était le signe distinct du fait qu'il n'ait pas encore réussi à tourner la page. Sauf que cela ne lui convenait pas. Aiden était de ces hommes qui devaient tourner la page ; de ceux dont le cœur ne peut pas être brisé. Aiden était celui qui brisait les coeurs, pas celui qui se retrouvait avec le sien en miettes. Ces lambeaux, il les avait caché derrière son ironie et ses sarcasmes. Ces lambeaux, il les dissimulait derrière son détachement et ses allures de type assuré. Du théâtre, tout ça. Une pièce qu'il menait comme un chef d'orchestre depuis de longs mois devant sa famille et ses amis pour que personne ne douta de la nostalgie, de la tristesse qui pouvaient encore l'étreindre devant le souvenir de son ancien petit ami. Lui, par contre, semblait avoir pris le large sur tous les plans. Londres, ses sentiments. Nate semblait même avoir gagné en répondant. Aiden porta une main à son cœur. « Oh Nate, tu blesses mes sentiments, je te savais pas si mauvais. » railla-t-il, levant les yeux au ciel devant la remarque de son ex, serrant doucement la mâchoire également. « si les anglais avaient aussi pu te refiler la syphilis, ça nous aurait évité ce déballage. » grinça-t-il entre ses lèvres, piqué par la remarque. L'idée même de savoir Nate batifolant à travers la campagne anglaise rajoutait à sa mauvaise humeur ambiante. Il soupira doucement en reposant les pieds de sa chaise à terre, reposant -balançant- le stylo sur la table et croisant les bras sur son torse. « Mais c'est avec toi que je suis coincé aujourd'hui pour ce devoir, crois moi j'aurais préféré être avec un de mes 'ami'. Mais moi, je ne suis pas un lâcheur. Je reste, et oui, tu devras supporter la causette. » Intentionnellement il appuya sur le terme de lâcheur, croisant une nouvelle fois le regard de Nathanaël sans faire le moindre effort pour s'intéresser à l'exercice.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: chasing pavements (nate)   

Revenir en haut Aller en bas
 

chasing pavements (nate)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Such is life ::  :: Move your brain :: Geek room-