AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci à vous !
Deux semaines après l'ouverture du forum, il ne désemplit pas et la partie RP est toujours aussi active ! On vous aime
On continue...
N'oubliez pas, un petit vote toutes les deux heures pour faire connaître le forum,
et faire gagner des points à vos maisons en le signalant ICI
Le jaune poussin c'est moche !
Les Valmont commençant d'être très nombreux, essayez de privilégier les autres maisons
Fil d'actualité
Pour être au courant des petites nouveautés du forum arrivées entre deux maintenances,
n'oubliez pas de suivre le FIL D'ACTUALITE

Partagez | 
 

 Into the deep ∇ ASHTON

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MEMBRE VALMONT
avatar


Messages : 718
Date d'inscription : 12/10/2014
Prénom, pseudo : Arsenic
Avatar : Emily Didonato
Multicomptes : Non pas encore schizo !
Crédits : schizophrenic




MessageSujet: Into the deep ∇ ASHTON   Mar 21 Oct - 0:03

Into the deep, drown the memories


Ashton & Calixte



Tu viens de terminer ton entraînement de cheeleading, jupette et tennis aux pieds tu parcours le campus à la recherche d'une occupation, d'un divertissement quelconque, t'as pas spécialement envie de rentrer à l'appart, tu sais que tes colocs n'y sont pas encore et tu déteste à devoir te retrouver seule avec toi-même. Tu cogite beaucoup et t'en viens souvent à ruminer tes idées noires ou pire faire comme si elles n'existaient pas. C'est tellement plus facile de se leurrer soi-même que d'admettre la réalité en face. En plus, dernièrement tes rapports avec tes amis sont tendus, tu vois bien qu'Elis et Phoenix perdent patience, à trop tirer sur la corde tu risque de te prendre un retour de boomrang fort douloureux. Et puis tes yeux voguent, interpellent et se posent sur sa silhouette. Tu la caresse du bout des cils et te rappelle. Ça semble si loin tout à coup, une douleur séchée, presque un rêve qui s'estompe. Ce sont ces images que tu ne peux pas, ne pourras jamais retoucher. Il y a celles qui restent nettes, qui vivent encore en toi, celles qui te hantent, celles qui s'effacent, ces images que tu essaies en vain de retenir. Tout s'échappe, ta vie s'échappe, le temps s'échappe, tu le sais, tu l'oublies. On ne vit jamais vraiment dans le présent, toujours retenu dans le passé, toujours précipité dans le futur. Mais à ce dernier tu n'accorde pas d'importance, c'est que du flou, c'est du vide, et c'est ce qui te fait peur. Alors parfois tu reste bloquée en arrière, même si tu prétends le contraire. Qu'on ne te parle pas du présent, tu n'aime pas vivre et te sentir vivre quoi que ce soit sur le moment, tu sais jamais comment gérer tout ce qui t'arrive quand c'est en plein dans ta figure. T'apprécie davantage le fait d'y repenser et d'être nostalgique... te dire : que c'est ta vie, c'est à toi, t'étais là, c'était vrai mais c'est fini. L'importance de ce que tu vis n'existe que dans tes souvenirs, avec du recul, la prise de conscience de ce qui t'appartient, t'a appartenu, dans l'instant.

Lui. Il t'a appartenu aussi. Et puis t'as décidé de l'abandonner. Pourtant tu le fixe, il marche l'esprit ailleurs, t'es presque certaine qu'il n'a pas remarqué ta présence, ton regard qui l'observe et le suit.Tu finis par hausser les épaules, trop heureuse de le croiser, un trop plein de souvenirs, d'égoïsme. Tu file à sa rencontre. T’en profite pour lui voler la clope qu’il vient de s’allumer, tu l’attrape d’un geste vif et la porte à tes lèvres, tirant dessus pour avancer face à lui en marche arrière « Est-ce que vous auriez du temps à accorder à une vieille amie Mr. Miller ?» Tu t’arrête soudain, le stoppant également dans sa marche tandis que tu lui souffle la fumée au visage « Viens prendre un café avec moi. »  Tu lui souris malicieuse te rapprochant de nouveau de lui tu manque de l’embraser mais n’en fait rien et lui remet la cigarette dans la bouche, ta main glisse alors dans la poche de son jean pour attraper ses clefs de voiture « Mais c’est moi qui conduit. » T’attends pas son autorisation que tu files déjà vers le parking extérieur à l’assaut du véhicule.

Une fois sur la route t’allume la stéréo mais fronce les sourcils lorsque celle-ci se met en marche « Je vois… Y’a pas qu’en matière de femmes que tes goûts laissent à désirer visiblement. » Tu t'envoie une pique à toi-même, après tout vous étiez ensemble il fut un temps. Et c'est vrai, il n'aurait pas dû parier sur toi. Tu l'as trop déçu tu le sais aujourd'hui. Tu te gare non loin de la plage, en soit à l’opposé du café où vous étiez supposés vous rendre. Tu sors de la bagnole un sourire satisfait aux lèvres « Mince j’ai dis café ? Je voulais dire plage… » Tu prends la direction du sable fin lui balançant ses clefs qu’il attrape au vol « Alors.. Tu viens ? » Dis-tu en retirant ton débardeur, t’as pas de maillot mais te baigner en sous-vêtements te dérange absolument pas, en plus le coin est paumé, tu déteste les plages noire de monde. 
Revenir en haut Aller en bas
BIZUT CASTELLI
avatar


Messages : 49
Date d'inscription : 11/10/2014
Prénom, pseudo : metaphor aka marinou.
Avatar : « aaron johnson la sexittude à l'état pur »
Multicomptes : « la skyzottitude ne m'atteint pas encore »
Crédits : « soapflaws (ava) »




MessageSujet: Re: Into the deep ∇ ASHTON   Mar 21 Oct - 21:25


into the deep
calixte & ashton


Marcher seul, ça devenait un peu une habitude pour moi. J'avais certes des amis (non non, je ne suis pas un sans ami) mais parfois, j'aimais marcher seul afin de réfléchir sur moi-même et sur mes agissements dans le passé. J'ai toujours essayé d'être le plus juste possible avec tout mes amis et ma famille. Pareil pour mes petites-amies. Malheureusement, je n'ai jamais vraiment eu de chance côté coeur. Soit j'étais trop honnête, soit j'aimais trop. On m'a souvent dit que c'était simplement car je n'avais pas encore trouvé la perle rare, celle qui ferait battre mon coeur à la chamade et me donnerait des papillons dans le ventre au premier regard. Pourtant, je l'ai déjà ressenti ce sentiment ! Des milliards de fois avec par exemple Calixte. Calixte, je pensais qu'elle serait la femme de ma vie, qu'elle pourrait être celle avec qui je ferais des enfants. Nous avions tout prévu et le déménagement allait débuter quand elle a tout arrêté et tout balayer d'un geste de main. Je me souviens encore de ma réaction. J'étais sur le cul et j'avais laissé un simple "Okay" qui en disait long. J'ai pris du temps avant de me remettre de cette douleur sentimentale et un jour j'ai fini par l'appeler pour le réveillon de Noël. Je ne sais pas vraiment pourquoi je pense d'elle maintenant. Peut-être était-ce la nostalgie tout simplement.  Et puis, elle débarqua de nul part. Avec sa cheveulure brune et ses yeux bleus océans. Elle avait le don de m'étonner et de me refaire tomber sous son charme à chaque regard que je posais sur elle. Parfois, je me demande si je ne suis pas toujours amoureux d'elle. Or, ma soeur n'arrête pas de me rabâcher que c'est simplement parce que j'aurais aimé plus auparavant et que je regrette tout ce qu'il s'est passé ou plutôt ce qu'il ne s'est pas passé entre nous. Alors que je venais d'allumer une cigarette que j'avais mis à mes lèvres, elle était venue me la piquer d'une main et de la mettre à ses lèvres. « Est-ce que vous auriez du temps à accorder à une vieille amie Mr. Miller ?» Instinctivement je ne pus m'empêcher de sourire. Elle avait le tic pour me faire perdre mes moyens elle, et d'ailleurs je ne savais pas quoi répondre si ce n'est qu'une réponse affirmative. « Pourquoi pas, mademoiselle Hemingway ! »

En même temps, je ne me voyais pas lui dire non. Le jour où je refusais quelque chose à cette belle brune, c'est que les poules auraient des dents et que je serais devenu un sang coeur doublé d'un aveugle. « Viens prendre un café avec moi. » Je ne pus parler et ainsi je lui répondis d'un hochement de tête alors qu'elle s'approcha de moi me pétrifiant sur place, s'approchant dangereusement de mes lèvres. Cette fille devait arrêter de jouer avec moi, elle finirait par me rendre fou si elle continuait ! A la place, elle préféra me remettre la clope sur mes lèvres et prendre mes clés de voiture. Pourquoi elle prend mes clés de voiture naméo ? « Mais c’est moi qui conduit. » Je souriais alors. Quand nous étions ensemble, elle avait déjà tendance à vouloir conduire. Cela ne me dérangeait pas en soi, elle roulait plutôt bien et hors de là les préjugés sexistes qui insinuent que les filles ne savent pas conduire. « Fais comme bon te semble Cali' ! » Elle me précède pour rejoindre la voiture tandis que moi, j'y vais de manière relaxe. Autant que je prenne mon temps, un café ce n'est pas très pressant si ? Une fois dans la voiture, madame décida d'allumer l'auto-radio mais je supposais déjà qu'elle n'aimerait pas ce que j'écoute puisque ce n'était pas une chanson très connue... « Je vois… Y’a pas qu’en matière de femmes que tes goûts laissent à désirer visiblement. » Cette remarque pouvait-être prise à double tranchant. Parce que même si elle m'avait brisé le coeur, on ne pouvait rien dire physiquement parlant. Elle était plus que magnifique ! « Ils sont très biens mes goûts d'abord ! » Oui, je préférais opter pour une réponse drôle, faisant l'outré. Bien sûr, ce n'était pas le cas puisque je ne pouvais pas me détacher de ce putain de sourire qui me collait à la bouche.

Elle se mit donc à conduire pendant cinq bonnes minutes avant de s'arrêter sur le parking de la plage. Heu whaaaaaaaat ? Pourquoi on est à la plage ? Ca m'étonnerait beaucoup qu'il y a un café à la plage. Ca serait une nouveauté d'ailleurs ! « Mince j’ai dis café ? Je voulais dire plage… » Eukei, d'accord cette fille n'arrêtera vraiment jamais de m'étonner. Et le pire dans tout ça, c'est que ça ne me gênait pas plus que ça ! « Alors.. Tu viens ? » Ni une ni deux, elle lui lança ses clés avant d'enlever son débardeur et de courir en direction de la mer. WEEEEEEEESH, comment j'fais moi ? J'crois que j'ai pas le choix franchement ! Enlevant donc mon t-shirt, je dévoilais donc mon torse-nu plutôt bien bâti (bah oui, on va pas se mentir hein) avant de courir rejoindre la belle brune et l'attraper au vol avant de l'envoyer dans la mer. « Oups, t'es allé dans l'eau plus tôt que prévu ! » L'eau n'était pas spécialement chaude mais pas non plus froide. A vrai-dire elle était tiède et ça n'était pas plus mal. Le seul problème dont je venais de me rendre compte c'est que je venais de rentrer dans l'eau avec mon jean avec mes clés dedans. DES CLES ELECTRIQUES MEEEEEEERDE ! « Calixte, j'ai fait une boulette, mes clés sont dans ma poche de jean. Qui lui, a décidé de faire trempette ! » Boulet quand tu nous tiens !
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
MEMBRE VALMONT
avatar


Messages : 718
Date d'inscription : 12/10/2014
Prénom, pseudo : Arsenic
Avatar : Emily Didonato
Multicomptes : Non pas encore schizo !
Crédits : schizophrenic




MessageSujet: Re: Into the deep ∇ ASHTON   Ven 24 Oct - 8:05

Into the deep, drown the memories

Ashton & Calixte



Il te cède. Il cède toujours trop facilement, si facilement. Et ça te laisse cette culpabilité dans la gorge, ces regrets aux bords des lèvres. T'arrive pas à lui être tout à fait indifférente mais tu sais pourtant qu'il n'y a plus rien à écrire entre vous parce que toute la tendresse que tu lui porte ne sera jamais à la hauteur de l'amour qu'il a pu te donner. Dans la voiture il te sourit, il rit et te rétorque qu'il n'a pas si mauvais goût en matière de femmes. Dit-il cela pour toi ? Évidement. Tu lui adresse un regard complice avant de reporter ton attention sur la route, tu pense qu'il a tort, tu sais bien que tu ne pouvais pas lui offrir ce qu'il voulait et qu'il ne t'aurait jamais apporté ce dont tu as besoin, tu l'avais su et tu t'y es quand même risqué, ou plutôt tu l'as risqué lui. C'était un choix égoïste, une décision irréfléchie mais tu es comme ça, tu agis au coup de tête, à l'impulsion, tu suis tes lubies telle une gamine insouciante, telle une gamine capricieuse. Tu avais cru l'aimer, mais voilà.. Tu n'en étais pas certaine.  

Arrivé sur le rivage, les pieds enfoncé dans le sable il te lance un regard surpris et tu ris de son étonnement « Quoi t’as peur de te mouiller ? » Tu ricane, te moque, le teste, tu devine bien qu’il n’a aucune envie de se geler la peau dans l’océan et t’essaye de le provoquer pour le pousser à te rejoindre. Les plages sont toujours prises d’assaut à Virginia Beach mais vous en êtes en plein automne et ça change toute la donne, tu ne vois pas l’intérêt de venir te baigner quand le temps y est propice, t’aime pas suivre les habitudes et les normes, tu vas toujours à contre courant, Ashton devrait être habitué à présent. « Quoi t’es pas cap ? Autrefois tu aimais les bains de minuit ! » Siffle-tu joignant le geste à la parole tu retire tes tennis, puis plus lentement ta jupe que tu laisse à tes pieds et t’apprête à dégrafer ton soutif lorsque que le vent vient souffler à vos visages « Toujours pas partant ? » Tu réitère ta demande en lui balançant dans les mains ton soutien-gorge, prenant grand soin de garder la distance entre vous, tu recule même de quelques pas, les pieds dans l’eau tu finis par détacher tes cheveux et retirer le dernier morceau de tissu qui te tient la peau.  Tu fais une dernière tentative dans l’espoir de le voir rendre les armes, l’attendant complètement nue au bord de l’eau tu te rends compte que bon sang, en effet il fait frisquet, t’en aurais presque la chair de poule. Tu fais volte-face pour observer un peu mieux l'horizon, profiter de la vue panoramique qui s'offre à vous, t'as à peine le temps de te rendre compte qu'il a enfin retiré son tee-shirt qu'il te plonge à l'eau d'un seul coup, le choc thermique te fait pousser un léger hurlement alors que tu émerge des vagues. L'eau n'est pas aussi froide que tu le pensais pourtant ta peau se recouvre rapidement de frissons tandis que tu fais quelques brasses en lui tournant autour, il semble paniqué en constatant qu'il a trempé ses clefs en même temps que son jean et t'en profite pour te moquer quelque peu de lui  « Oh quel dommage... J'en connais un qui va devoir se rendre à ses cours à pieds tout le reste de la semaine. » Tu ris barbotant à ses côtés avant de te rapprocher quelque peu, la nuit commence à tomber et recouvre le lagon d'une couche ténébreuse, bientôt seul l'éclat de la lune illuminera vos visages et la surface de l'eau.  « T'aurais du enlever toutes tes fringues... ça ne serait pas arrivé. » Un rictus malicieux se dessine sur tes lèvres alors que tu n'es plus qu'à quelques centimètres de lui.  « A moins que tu sois devenu soudainement pudique ? Mais il n'y a rien que je n'ai déjà vu tu sais... » C'est vrai, après tout même si ça paraît loin, même si ça paraît presque irréel, vous avez été ensemble il fut un temps. Il fut un temps oui. Il est révolu, cette vérité se rappelle à toi soudainement et tu t'éloigne en quelques mouvements. Tu n'as pas droit de faire ça, de jouer, de flirter avec lui comme si de rien n'était, ce n'est pas correct mais t'as du mal à t'en empêcher.

T'étais pourtant bien avec lui, mais le temps a passé et vous a séparé. C'est ce qu'ils t'ont tous dis quand tu leur a raconté. Non. Tu ne crois pas que ce soit le temps qui passait. Le temps ne passe pas. Ce qui passait, c'est vous. T'avais pensé qu'il serait celui qui te consolerait. Qu'il te consolerait du sentiment déchirant de se savoir en vie et pourtant que de passage. Qu'il te consolerait de ce que la vie ne soit qu'une insupportable succession de pertes. De ce que rien ne dure et que tout s'efface. De ce qu'on s'efface. Mais tu crois avoir compris que personne, jamais, ne pourra te consoler. On devrait peut-être apprendre aux enfants qu'on reste à jamais inconsolable...
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Into the deep ∇ ASHTON   

Revenir en haut Aller en bas
 

Into the deep ∇ ASHTON

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Such is life ::  :: South East :: Atlantic Avenue :: Croatan Beach-