AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci à vous !
Deux semaines après l'ouverture du forum, il ne désemplit pas et la partie RP est toujours aussi active ! On vous aime
On continue...
N'oubliez pas, un petit vote toutes les deux heures pour faire connaître le forum,
et faire gagner des points à vos maisons en le signalant ICI
Le jaune poussin c'est moche !
Les Valmont commençant d'être très nombreux, essayez de privilégier les autres maisons
Fil d'actualité
Pour être au courant des petites nouveautés du forum arrivées entre deux maintenances,
n'oubliez pas de suivre le FIL D'ACTUALITE

Partagez | 
 

 ∞ love is one kind of abstraction, you are my lost abstraction (sabienia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ADMIN ● louisette
avatar


Messages : 429
Date d'inscription : 11/10/2014
Prénom, pseudo : .soulmates, louise
Avatar : t. james
Multicomptes : aucun pour le moment
Crédits : .soulmates (signature) moonstone (avatar)




MessageSujet: ∞ love is one kind of abstraction, you are my lost abstraction (sabienia)   Lun 27 Oct - 18:53

A. Eugenia Penderghast & Sabian Hawkins
Depuis son overdose, Sabian était devenu un tout autre homme. Bon, c'est peut-être exagéré, disons simplement qu'il avait pris conscience qu'il avait un problème et que peut-être, éventuellement, il avait besoin d'aide. Sa schizophrénie était une maladie qu'il fallait soignée. Son geste n'a pas été anodin, c'était grave et cela pouvait s'expliquer par un relâchement. Le beau brun avait, l'espace d'un instant, baissé les bras. Il avait complètement arrêté de se battre et avait rendu les armes. Il relâchement qui lui coûta extrêmement cher. Durant toute sa tentative de suicide, ce fut son autre personnalité qui avait le dessus. Sabian avait assistait impuissant à sa mort. Heureusement que, par le plus grand des miracles, il était encore en vie. Une chose qu'il avait encore du mal à expliquer. Il aurait du crever sur ce lit d'hôpital, ça aurait arrangé tout le monde. Mais non, il faisait bel et bien parti des vivants et devait s'estimer heureux. Il y a pire comme situation. Sabian essayait, depuis sa sortie d'hôpital, d'être positif et d'ailleurs, il semblait plus souriant, moins renfermé sur lui même. Il avait besoin de repos et pourtant, il ne voulait pas arrêter son petit trafic. C'était grâce à ça qu'il pouvait vivre et se payer la bectance. Ce soir, il avait plusieurs transactions de prévues. Tant mieux, il allait pouvoir se refaire. C'est donc confiant qu'il alla faire ses petites affaires. Les trois premiers échanges se déroulèrent tranquillement. Il était tard et Sabian commençait à fatiguer. Voilà déjà une semaine qu'il était sorti de l'hosto, il ne pouvait pas se permettre de trop tarder. Avec tous les cachets qu'il avait à prendre, il n'était pas vraiment au meilleur de sa forme. Enfin la dernière transaction. Derrière un supermarché, l'endroit était sombre, seul la lumière d'un lampadaire illuminait le trottoir. Un type l'attendait en face. Sabian mit sa capuche et traversa calmement la rue. La capuche ? Simple précaution. C'était la première fois qu'il dealait avec ce client, il fallait être prudent. Une fois à sa hauteur, le bipolaire ne le lâcha pas du regard. Doté d'un petit don d'empathie, il pouvait niaisement ressentir des émotions cachés tels que la peur, l'impatience et la panique. Lie to me, c'est lui. Même s'il faisait sombre, il détecta de la gène en lui, le gars n'était pas en confiance. Étrange, d'autant plus qu'il regardait à droite, à gauche. Sabian humidifia ses lèvres avant de plisser les yeux. Quelque chose n'était pas clair. Le gars tendit un billet d'une main tremblante. Le beau brun ne bougea pas, les mains toujours fourrés dans ses poches. Il ne le lâchait pas des yeux, ils étaient relativement proche. Le jeune homme sentait monter l'adrénaline monter en lui. Ce n'était pas normal comme situation, ça sentait mauvais pour lui. Les flics ? Très certainement. Le problème est que Sabian est un joueur, il aimait se mettre dans des situations pas possibles. Inconsciemment, il se délectait de pouvoir jouer avec la loi, avec les autorités. Enfin un peu d'action dans sa vie. Pour l'instant, ils n'avaient rien contre lui mais le fouiller serait très risqué. Il avait prit du supp au cas où. Lorsque Sabian sortit sa main de sa veste, le gars s'avança vers lui. Sans même prendre le temps de calculer quoique ce soit, le bipolaire se mit à courir. En une fraction de seconde, l'adrénaline pénétra ses veines et lui donna la force de courir comme un dératé. Deux gars sortit d'une cachette se mirent à sa poursuite. C'était donc bien des flics. « Arrêtes-toi ! » hurla l'un d'entre eux. Sabian courrait comme un fou, sa capuche s'était enlevé depuis bien longtemps. Il pleuvait et il manqua de glisser à plusieurs reprises. Il avait l'avantage d'être grand, il courait certainement un peu plus vite que les trois guignols. Il connaissait bien la ville mais là avec le noir, les médicaments et la fatigue, c'était plus difficile de se repérer. En tournant la tête comme il le pouvait, Sabian remarqua qu'une voiture le suivait également. Bordel ils étaient de sortit ou quoi !? Après quelques minutes de course acharnée, il s'engagea sur une voix rapide, à pied. Oui, oui, heureusement pour lui, il n'y avait presque personne. Il enjamba agilement la barrière de sécurité et passa de l'autre côté. Manque de chance, une voiture pilla net devant lui. Le seul réflexe qu'il eut, a été de s'arrêter. Bien, c'est malin. La voiture frôla sa jambe avant de se décaler juste à côté. Sabian se retourna et vit les flics se rapprocher ainsi que la voiture de police faire le tour pour le rattraper. L'adrénaline à son maximum, il prenait un malin plaisir à se trouver là. Il devait trouver une solution et vite. Il tourna sa tête pour voir ce qu'il y avait de l'autre côté de la route et en une fraction de seconde, il reconnu Eugenia au passage. Un énorme sourire se dessina sur son visage et il se dépêcha d'entrer côté passager. Il était trempé et allait certainement sâlir ses sièges. « Éteins tes feux et roule » dit-il d'une voix essoufflé et quelque peu autoritaire. Elle avait le don de débarquer au bon moment. Mais avait-il seulement prit conscience dans quoi il l'embarquait ? Pas certain. Il l'avait reconnue mais n'était pas très sur de lui, ses hallucinations lui jouaient parfois des tours. Espérons que ça ne soit pas le cas ce soir.  

____________


what comes from the heart will go to the heart
They put the world in a tin can black market contraband and it hurt just a little bit. When they sliced and packaged it in a long black trench coat. Two hands around the throat. Oh you wanna get it right sometimes. There's so much to be scared of. And not much to make sense of, how did the crowns ever get control.
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ● queen elisabeth II
avatar


Messages : 852
Date d'inscription : 11/08/2014
Prénom, pseudo : Lucy ou Ginny
Avatar : Emma Stone
Multicomptes : Non
Crédits : #ginny




MessageSujet: Re: ∞ love is one kind of abstraction, you are my lost abstraction (sabienia)   Lun 27 Oct - 20:08

A. Eugenia Penderghast & Sabian Hawkins
 Je suis passée par la case course ce soir, il était grand temps que je fasse le plein de mon frigo, je n'ai jamais rien à manger et commander trop souvent c'est impossible si je veux ne pas prendre mille kilos dans l'année ! Je déteste les supermarchés c'est la porte ouverte à toutes les tentations. C'est assez dingue de voir combien on peut vouloir tout et n'importe quoi dès que c'est mis en avant dans un rayon avec des promotions. Je tente de ne pas être tenter pas un tas de trucs à manger.. mais mon cadi j'ai l'impression qu'il est rempli de surgelé.. en même temps vu comment je fais la cuisine, je crois que c'est plus sûr aussi bien pour moi que pour tout ceux qui viennent dîner à la maison. Je ne voudrais pas être la cause d'intoxication. Mais je me dépite moi-même. Tellement blasée par cette soirée pourrie, cette journée de merde avec un temps pourri.. que je prend un paquet de bonbon pour me réconforter dans la voiture sur le trajet du retour jusqu'à la maison. J'espère que Sabian m'envoie un message pour me dire quand est-ce qu'on pourrait se voir mais j'ai beau guetté j'ai rien du tout.. et ça me mine un peu. J'ai l'impression que c'est lui qui ne sait pas ce qu'il veut parfois. Mais je laisse passer, si vraiment il veut me voir il m'enverra un message ou m'appellera. Je paye et je file dans ma voiture en courant avec ma voiture je range dans mon coffre et je récupère le sachet de bonbon. Je m'installe déjà trempée derrière mon volant et j'ouvre les bonbon et j'en attrape un en démarrant, je mets la musique à fond pour tenter de me remonter le moral. Je démarre et je quitte le parking pour prendre l'axe principal pour aller en direction de mon quartier. Je soupire tout de même, il faut que je me motive, alors je chante en mangeant des bonbons, je suis un peu distraite je dois l'avouer.. Je devrais être totalement concentrée, il pleut.. il fait nuit.. et moi je trouve le moyen de manger des bonbons en chantant des chansons de merde. Mais d'un coup je vois une ombre arriver au milieu de la route, c'est qui ce malade.. je pile alors que j'ai un bonbon coincé entre les lèvres.. Je fronce les sourcils.. je tente de voir ce qui se passe, des sirènes bleues et rouges.. et .. Sabian ? C'est quoi ce bordel .. Il me reconnait apparemment parce qu'il entre dans ma voiture trempé. Je le regarde.. mais il est tellement autoritaire sur le coup que j'avance. Je fais comme si de rien n'était et je roule en avalant mon bonbon. Il est juste là..je n'ose rien dire d'ailleurs sur le coup.. C'est presque stressant.. il semble être recherché par la police et je crois que je n'ai aucune envie qu'il parte et qu'on me le retire. Pas question. J'avance sur la voie rapide. On ne voit plus la police, ils n'ont pas fait le rapprochement avec ma voiture.. j'ai baissé la musique quand même lorsqu'il est entré.. Je quitte l'axe principal pour les rue de mon quartier. Je regarde dans le rétro nerveuse.. Je crois qu'on est bon. J'attrape un bonbon et je le mâche.. " J'ai le droit de savoir ? " Je tourne la tête face à lui à un feu rouge. " Mange un bonbon.. " c'est tellement tendu.. il semble un peu ailleurs que je tente de dédramatiser.. de détendre l'atmosphère. Je pouffe légèrement en le regardant, je lui tend le crocodile moue en en tenant un dans la bouche bêtement. On est pas trop loin de chez moi. ça va. Je le garde, il ne m'échappe pas.

____________



LOVE DISASTER
So can you see the branches hanging over me? Can you see the love you left inside of me? in my face can you see? Through the trees I will find you; I will heal the ruins left inside you. Cuz I'm still here breathing now I'm still here breathing now...I'm still here breathing now...until I'm set free. Go quiet through the trees.
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ● louisette
avatar


Messages : 429
Date d'inscription : 11/10/2014
Prénom, pseudo : .soulmates, louise
Avatar : t. james
Multicomptes : aucun pour le moment
Crédits : .soulmates (signature) moonstone (avatar)




MessageSujet: Re: ∞ love is one kind of abstraction, you are my lost abstraction (sabienia)   Lun 27 Oct - 21:54

A. Eugenia Penderghast & Sabian Hawkins
En partant ce soir, il était loin de s'imaginer ce qui allait se passer. Croiser les flics puis Eugenia ne faisait pas parti de ses plans. Non, il se voyait déjà rentrer dans sa chambre et ronfler jusqu'au petit matin. En ce moment Sabian dormait beaucoup, il avait un arrêt maladie pour deux semaines, il comptait bien en profiter. C'était bien la première fois de sa vie qu'il dormait autant. D'habitude, il était trop torturé pour fermer les yeux et se détendre. Mais pas là, les cachets l’assommaient littéralement. Courir comme un dératé l'avait réveillé. Enfin un peu d'action dans sa vie si plate et monotone. Sabian avait prit un malin plaisir à jouer avec la police, les faire passer dans des endroits improbables. Il ne pensait pas du tout aux conséquences de ses actes pourtant, ils en avaient bien contre lui. Aucune preuve, ils ne l'avaient pas prit en flagrant délit, ils n'avaient rien. Ressentir ce qu'il n'avait plus ressenti depuis longtemps, l'extase du danger et de l'adrénaline en lui. Sabian était bien et sa bipolarité semblait lointaine. Il était complètement noyé, mélange d'eau de pluie et de transpiration. Mine de rien, il avait bien sprinté pendant dix minutes. Il monta donc la voiture essoufflé. Le hasard a bien les choses, alors qu'il cherchait une issue de secours, il tomba sur sa douce. Coïncidence ou coup de pouce du destin, appelez ça comme vous le voulez. Toujours est-il qu'il se retrouva juste à côté d'elle. Encore une fois Ginny allait lui sauver la vie. Oui, la première fois fut il y a une semaine lorsqu'elle appela les pompiers alors qu'il s'éteignait à petit feu. Sabian regarda la belle rousse du coin de l'oeil avant de se retourner pour essayer d’apercevoir les flics. En même temps, rouler à fond sur une voix rapide, feux éteins, ce n'était pas très prudent. Pourtant, ça avait l'air de marcher, les fils ne virent pas lorsque Eugenia prit la sortie. Le jeune homme ne prit même pas la peine de répondre à sa remarque, il ne voulait pas s'expliquer, il ne voulait pas se justifier, encore une fois. Il en avait marre de devoir toujours mettre des mots sur ses actes, il voulait simplement vivre sans que personne ne lui dicte sa conduite ou lui reproche ses paroles. Voyant qu'il n'était pas trop  d'humeur à coopérer, Ginny lui proposa un bonbon. Sabian tourna lentement sa tête vers elle, l'air désabusé. Il la regarda trente secondes sans rien dire avant de finalement soupirer, comme il sait si bien le faire. « Attends, tu as failli m’écraser et toi, tout se que tu trouves de mieux à dire, c’est tu veux un bonbon !? » dit-il sur un ton ironique et piquant. En voyant qu'elle lui tendait quand même un crocodile, Sabian prit le bonbon de ses mains et rigola. Eh ben, il pouvait monter rapidement en puissance mais apparemment, l'effet inverse était tout aussi efficace. Le jeunot ne pouvait pas lui en vouloir, elle venait de lui sauver la vie car sans elle, il se serait fait embarquer. Dans le fond, il était tout aussi gamin qu'elle. « Heureusement que tu as des bonbons, sans ça je ne serais pas monté. » dit-il sur un ton beaucoup plus calme et modéré. Sabian la regarda et afficha un sourire. Ça faisait du bien de la voir, vraiment. Ils ne s'étaient pas croisés depuis sa sortie d'hôpital, il avait besoin de sa présence. « C'est bon de te voir. » conclu-t-il avant de relâcher la pression et de s'installer confortablement dans le siège. Il inspira profondément et ferma les yeux quelques secondes, histoire de se remettre de ses émotions.

____________


what comes from the heart will go to the heart
They put the world in a tin can black market contraband and it hurt just a little bit. When they sliced and packaged it in a long black trench coat. Two hands around the throat. Oh you wanna get it right sometimes. There's so much to be scared of. And not much to make sense of, how did the crowns ever get control.
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ● queen elisabeth II
avatar


Messages : 852
Date d'inscription : 11/08/2014
Prénom, pseudo : Lucy ou Ginny
Avatar : Emma Stone
Multicomptes : Non
Crédits : #ginny




MessageSujet: Re: ∞ love is one kind of abstraction, you are my lost abstraction (sabienia)   Lun 27 Oct - 23:08

A. Eugenia Penderghast & Sabian Hawkins
La musique à fond, l'ambiance totalement pitoyable.. Je ne fais pas en sorte d'arrêter la pluie dis donc. En plus je me goinfre de bonbon. Parfois j'ai l'impression de redevenir une adolescente totalement perturbée comme je l'ai été à un moment, je suis minable quoi. Mais ça me fait un peu de bien, j'oublie un moment, je me laisse porter par la musique qui sur le moment me parle, c'est stupide mais vous savez lorsque vous vous mettez à chanter, vous voyez un monde qui s'ouvre à vous, votre univers illustrer par les paroles et vous êtes l'investigateur des paroles, elles viennent presque de vous, alors que ce n'est pas du tout le cas, et quand la musique s'arrête vous vous trouvez sérieusement con.. si je suis sûre que ça arrive à plein d'entre vous. Style dans la salle de bain, sous la douche, devant le miroir avec la brosse à cheveux pour faire micro. N'est-ce pas un truc qu'on a tous tenté ? Sérieusement moi j'adore vraiment, cela ne m'étonne pas qu'on le fasse tous, bon ok, on le cache c'est la honte mais c'est marrant et c'est une part de nous après tout. Bon j'arrête sur ce sujet, là je viens de manquer de renverser un type, putain et ce type c'est juste Sabian. Un signe du destin ? Moi ce que je vois c'est que je le sauve toujours en ce moment.. c'est mon rôle ? Je suis son ange gardien ? Je ne sais plus là je dois avouer. Bien que ce rôle me plaise.. je me pose quelque questions. Qu'est-ce qu'il fout sous la pluie, la pluie sur une route comme ça ? Il me reconnait, je me sens con et je suis assez étonnée. Il me faut un petit temps, je comprend qu'il monte dans la voiture. Il a une veine d'enfer ce mec. Je le trompe même pas, il est même pas cocu. Avec moi il ne l'a jamais été d'ailleurs.. enfin on est plus ensemble peut-être que sa blondasse Valmont elle le rend cocu.. Ok j'arrête avec ça.. il m'a dit qu'elle ne l'intéressait pas.. Faut aussi que je me le rentre dans la tête. Mais dur quand je repense à la semaine dernière, lui, elle, sa langue dans la bouche du garçon que j'aime. C'est douloureux quand même.. ça m'a brisé le coeur sur le coup.. j'en ai vomi la moitié de la nuit pendant que Sasha et Jules me tenait les cheveux à tour de rôle, les pauvres, j'ai pourri leur soirée.. mais bon, j'ai peut-être fait un rapprochement entre les deux, je suis assez contente de ça.. mais c'était à mes dépends quand même.. Bref je m'exécute.. je roule. Il ne faudrait pas que l'on me l'enlève, je les mords si ils le touchent. Sabian on n'y touche plus.. j'aimerais profiter de lui, pas juste des sms, pas juste un message pour me dire qu'il est paumé autant que moi.. que je lui manque.. je ne veux pas relire cette lettre qui m'a laissé.. elle me torture l'esprit dès que j'y pense ou que je la lise. Je finis par quitter la route et je me détend à ce moment.. je tente bien de savoir.. mais apparemment il n'est pas du tout dans l'optique de me dire quoique se soit. Ok son silence est parlant. Je sens que c'est relativement tendu.. alors je lui tend un bonbon après en avoir engloutis un. Il me regarde.. il semble un peu choqué..Je ris un peu plus à sa réflexion. " tu préfères que je me taise, je trouvais ça un peu tendu.. " Je me mords la lèvre malicieusement.. il prend le bonbon finalement, j'ai l'impression que ça détend vraiment, tant mieux ! Je finis même par éclater de rire lorsqu'il me sort que sans les bonbons il serait pas montée. " Les bonbons c'est la vie, on le sait tous ! " J'en avale un nouveau pour lui faire comprendre.. Il semble se détendre et ça me rassure, le feu passe au vert et je reprend. Je souris lorsqu'il m'avoue que cela lui fait du bien d'être avec moi. Une pause dans la douleur perpétuelle qu'on trouve dans mon coeur. Je lui lance un coup d'oeil, il ferme les yeux.. J'attrape sa main dans la mienne et j'entrelace ses doigts dans les miens. Pas de mot, on arrive, je me gare devant chez moi sur un place de parking. " j'ai deux sacs de courses dans le coffre tu m'aides ? " C'est un prétexte pour le faire monter, je veux qu'il monte, je veux parler, je le veux lui.. pas question qu'il parte. " je te laisse pas le choix de toute façon " Je souris, j'embrasse sa main qui est dans la mienne et je m'éclipse dehors pour ouvrir le coffre. On les prend et on se presse dans le hall de l'immeuble. Trempée, en deux minutes dehors on est trempé. Je me secoue et je frissonne, je suis glacée ! On monte dans mon appartement. " tu n'as qu'à les posée sur le plan de travail. " Je retire mes chaussures et ma veste.. Je m'approche de lui.. Il est dans un pire état que moi. " Tu es trempé et tu as l'air épuisé.. ça va ? " Je redeviens sérieuse. Je caresse sa joue, retire sa capuche... Je souris légèrement. " je suis contente que tu sois là. "

____________



LOVE DISASTER
So can you see the branches hanging over me? Can you see the love you left inside of me? in my face can you see? Through the trees I will find you; I will heal the ruins left inside you. Cuz I'm still here breathing now I'm still here breathing now...I'm still here breathing now...until I'm set free. Go quiet through the trees.
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ● louisette
avatar


Messages : 429
Date d'inscription : 11/10/2014
Prénom, pseudo : .soulmates, louise
Avatar : t. james
Multicomptes : aucun pour le moment
Crédits : .soulmates (signature) moonstone (avatar)




MessageSujet: Re: ∞ love is one kind of abstraction, you are my lost abstraction (sabienia)   Sam 1 Nov - 17:02

A. Eugenia Penderghast & Sabian Hawkins
Se retrouver trempé dans la voiture d'Eugenia était une chose non prévue. D'ailleurs, se faire courser par les flics n'était pas dans le programme non plus. Mais tant mieux, le destin avait bien fait les choses. Surtout sachant la relation qu'ils pouvaient avoir, Sabian avait réellement besoin d'un coup de pouce. Ils ne s'étaient pas vraiment revus depuis sa sortie d'hôpital. Certes ils avaient échangés de nombreux sms mais concrètement, ils avaient besoin de se voir. Se parler, dire les choses, s'expliquer sur ce qu'ils ont vécus tous les deux. Cette situation était douloureuse et tant qu'ils ne mettaient pas les choses au clair, ça ne pourrait pas aller. Déjà là dans la voiture, l'ambiance était plus ou moins tendue. Sabian était content de la voir mais d'un côté, il redoutait le moment où ils allaient commencer à en parler. Car oui, le sujet de leur relation venait sans cesse en boucle. Ils s'engueulaient toujours pour la même chose et tournaient en rond. C'était assez contradictoire, dans le passé, ils ont étés si fusionnels et là, si torturés. Le jeune homme ne comprenait pas cette relation qui n'avait absolument aucun sens. Il l'aimait et pourtant, ils ne se comprenaient plus. Bref, il était là, calme, assis près d'elle. Autant en profiter. Le trajet passa assez rapidement et Sabian fut étonné de voir qu'en réalité, il n'était pas si loin du centre ville. La pluie s'écrasée violemment sur le capot de la voiture, cela faisait un bruit monstre. Eugenia se gara et regarda le beau brun. En effet, il allait devoir porter les courses, il était de corvée. Il marmonna un peu avant de sortir de la voiture, prendre les sacs dans le coffre et courir jusqu'à l'entrée de l'immeuble. Il faisait vraiment un temps de merde, heureusement qu'il avait une capuche. Qu'est ce qu'il est prévoyant le petit Sabian. Un sac dans chaque main, ils montèrent les escaliers jusqu'à l'étage souhaité. C'était vraiment étrange de revenir ici. La dernière fois qu'il s'était rendu dans son appartement, ils étaient encore ensemble. Des tas de souvenirs revinrent en mémoire. Le bipolaire eu un petit pincement au coeur en repensant à tout ça. Une fois devant la porte, la jolie rousse l'ouvrit et le laissa entrer. Sabian posa les courses sur le plan de travail comme elle lui avait demandé. Les pauvres, ils étaient trempés. Eugenia enleva sa veste ainsi que ses chaussures. Il ne la quittait pas des yeux, de peur qu'elle ne s'évapore. C'était plus fort que lui, il en était obnubilé. Le jeune fille s'approcha de lui. Sabian ignorait si c'était une bonne idée qu'elle s'approche mais quoiqu'il en soit, il ne pouvait pas faire autrement. Il essayait tant bien que mal de se détendre, de ne pas se poser vingt miles questions. Sans la lâcher du regard, il la laissa s'approcher. Elle venait de lui demander comment il se sentait. « Je vais bien. » répondit-il machinalement. Ce n'était pas très convainquant, même lui ne croyait pas en ce qu'il venait de dire. Sabian déglutit en sentant sa main si douce sur sa joue. Des sentiments enfouis refaisaient surface. Il ferma les yeux quelques instants, profitant un maximum de ce contact si chaud et si rassurant. Il avait froid, il était mal et le fait de sentir sa peau lui faisait énormément de bien. C'était tellement bizarre entre eux que ce contact était presque interdit. Sabian ne s'autorisait pas ce moment de répit et pourtant, il ne pouvait pas aller contre. Il prit sa main et l'enleva. Il soupira légèrement. Il ne disait rien et se contenter de la regarder. Un long silence s'installa entre eux. Non Sabian, tu ne vas pas tout gâcher, pas cette fois, fais un effort ! Il plongea son regard dans le sien, incapable de regarder ailleurs, il était obnubilé par ses yeux, captivé par son regard. Il ne s'était même pas rendu contre qu'il s'était approché d'elle. La tension était palpable. Il y a toujours eu cette attirance charnelle entre eux. Là plus que jamais, il ne savait pas quoi faire. Sabian n'arrivait pas à réfléchir, il était comme hypnotisé par Eugenia. Le temps semblait s'être arrêté. Il voulait l'embrasser, pire que ça, il avait envie d'elle. A son tour, il caressa la joue de sa belle. « Moi aussi je suis content de te voir mais il va falloir que t'arrête de me sauver la vie. » dit-il d'une voix assez faible. Sabian baissa les yeux et s'approcha encore un peu plus. « Je n'ai pas encore eu l'occasion de te remercier pour ce que tu as fait. » continua-t-il avant de venir capturer doucement ses lèvres. Il n'était plus maître de lui même, il ne se contrôlait plus, c'était plus fort que lui. L'envie de l'embrasser avait prit le dessus. Sabian l'embrassa tendrement. Oh bordel, combien de fois avait-il rêvé de pouvoir de nouveau poser ses lèvres contre les siennes. Au moins des millions de fois depuis leur rupture. C'était tendre et extrêmement timide. Autant Sabian est une brute de nature, autant avec Eugenia, il s'est toujours montré délicat. Il la retrouvait doucement, pas la peine de tout brusquer et surtout, de tout gâcher. Il en avait envie et apparemment, il n'était pas le seul.

____________


what comes from the heart will go to the heart
They put the world in a tin can black market contraband and it hurt just a little bit. When they sliced and packaged it in a long black trench coat. Two hands around the throat. Oh you wanna get it right sometimes. There's so much to be scared of. And not much to make sense of, how did the crowns ever get control.
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ● queen elisabeth II
avatar


Messages : 852
Date d'inscription : 11/08/2014
Prénom, pseudo : Lucy ou Ginny
Avatar : Emma Stone
Multicomptes : Non
Crédits : #ginny




MessageSujet: Re: ∞ love is one kind of abstraction, you are my lost abstraction (sabienia)   Sam 1 Nov - 18:24

A. Eugenia Penderghast & Sabian Hawkins
L'eau de pluie ruisselle sur mon visage.. J'ouvre la porte rapidement pour que l'on puisse entrer dans le hall de mon immeuble, on a fait moins de 20 mètres et on est pire que trempé, Sabian c'est pire avec le courses dehors qu'il a fait avant que je ne manque de le renverser. On pourrait croire que je le sauve tout le temps ses tempsci mais je vois les choses relativement différemment.. je manque de le tuer.. cette overdose.. j'ai l'impression que c'està cause de moi qu'il était dans un tel état.; Ce soir.. j'ai failli le renverser.. à croire que ce sont que des signes qui font qu'on doit se retrouver, se protéger, je le protège toujours, je l'ai toujours fait.. Je me souviens parfaitement la première fois que je l'ai rencontré.. Ce n'était pas aussi parfait que j'ai cédé et que je suis tombée amoureuse.. j'allais voir Sasha chez les O'Connor et on s'est croisé.. bousculé pour être honnête.. J'avais un petit déjeuner pour ma meilleure amie en plein examen à ce moment là.. et j'ai tout renversé par sa faute.. mais sur lui.. on était tous les deux vraiment agacés.. Je l'ai forcément recroisé.. on se revu, taquiner.. dragué.. il m'a embrassé et je suis tombée.. et il n'est jamais passé.. J'ai tout de suite vu qu'il était différent, pas comme les autres, cette particularité qui fait que je me suis attachée à lui.. C'est particularité qui nous éloigne comme nous rapproche. Ma mère est folle, aliénée, paranoïaque, schizophrène.. bref elle a un gène que je peux parfaitement avoir aussi.. que je peux transmettre à mes enfants.. et cette idée me fait peur.. c'est ce qui m'a poussé à paniquer dans cette relation si stable, parfait, fusionnelle. L'idée de lui pourrir la vie alors qu'il est si fragile déjà.. l'idée de le faire souffrir par un héritage de folie que je ne pourrais peut-être jamais contrôler. Mais je connais cette démence.. je me souviens parfaitement avoir eu les deux Sabian, l'homme doux, souriant, riant.. passant d'un rire à la colère, il est brusque, plus comme je le connais distant.. et le voir sombrer comme ça.. je crois que c'est ce qui a fait que je me suis livrée à lui.. parce que je peux le comprendre, le protéger.. le calmer.. j'aime les deux Sabian, l'un d'eux est surement plus difficile à contrôle.. mais je n'ai jamais eu peur de relever des défis il me semble. Bref.. c'est complexité.. elle est présente.. j'ai peur de tout rater avec lui, au point d'être morte de trouille au point de paniquer lorsqu'il s'éloigne un peu. Peut-être que c'est une âme soeur.. nous le sommes.. je le dis de Sasha et moi.. mais c'est une relation différente, je peux parfaitement avoir été lié avec les deux dans une vie.. une autre, comment l'expliquer sinon ? On arrive à mon duplex.. Celui que mon père inconnu avait payé à ma mère lorsqu'elle était tombée enceinte, la seule chose de bien qu'il est fait.. elle n'aurait pas eu les moyen d'avoir un appartement relativement grand sinon. Je laisse entrer Sabian, on pose les courses.. je retire mes chaussures, ma veste, je grelotte un peu, je m'atèle à ranger deux trois trucs des courses.. mais son regard présent sur moi me perturbe.. non me fait rougir, brûler.. Je m'arrête pour le regarder.. Je lui demande comment il se sent.. il semble fatigué encore.; ce qui n'est pas étonnant après une soirée comme ça.. et ce qui s'est passé la semaine dernière. Je m'approche.. Je lui fais savoir combien je suis bien quand il est là. Ce manque que j'ai ressenti. Ma main glisse sur sa joue fraîche et humide. Il profite de cet instinct autant que moi.. il va bien mais cette réponse n'est qu'un automatisme lorsqu'on ne veut pas parler, il sait que je le connais.. je le perçois parfaitement.. c'est dingue quand on y pense. Je souris légèrement, sa caresse sur ma joue, je l'aime. " J'ai manqué de te tuer deux fois.. plutôt.. " Un faible sourire.. il veut me remercier.. il s'approche.. approche.. ses lèvres douces sur les miennes, mon coeur s'envole.. je sens ses ailes s'envoler.. les papillons dans le ventre suivent.. Je me hisse doucement sur la pointe de pied pour savourer ce baiser. Pas de folie.. je ferme les yeux.. je suis son rythme parfait pour le moment.. tout en moi se réveille.. comme si j'avais dormi inconsciemment.. Je le sens un peu trembler, il doit être geler.. C'est ce qui me fait m'écarter doucement de lui, je rougis c'est plus fort que moi.. Je pince les lèvres, je le regard.. complice. " tu es trempé tu devrais aller prendre une bonne douche chaude.. j'ai encore quelques trucs à toi qui doivent être dans mon armoire pour ce soir.. cette nuit.. " j'espère qu'il restera.. " reste cette nuit.. " je lui sursure presque.. Je me hisse à nouveau sur la point de pieds pour l'embrasser, la conviction y est.. C'est pour le convaincre. Et puis ça m'avait manqué. Je ris légèrement en collant mon front au sien. Je me mords la lèvre.. " j'aime toujours autant t'embrasser.. voir encore plus.. " je le regarde malicieusement.. je veux cette complicité.. on en a besoin.


 

____________



LOVE DISASTER
So can you see the branches hanging over me? Can you see the love you left inside of me? in my face can you see? Through the trees I will find you; I will heal the ruins left inside you. Cuz I'm still here breathing now I'm still here breathing now...I'm still here breathing now...until I'm set free. Go quiet through the trees.
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ● louisette
avatar


Messages : 429
Date d'inscription : 11/10/2014
Prénom, pseudo : .soulmates, louise
Avatar : t. james
Multicomptes : aucun pour le moment
Crédits : .soulmates (signature) moonstone (avatar)




MessageSujet: Re: ∞ love is one kind of abstraction, you are my lost abstraction (sabienia)   Sam 1 Nov - 20:09

A. Eugenia Penderghast & Sabian Hawkins
Depuis leur rupture, Sabian n'avait pas cessé de penser à elle. Eugenia l'obnubilait totalement. Il gardait en mémoire le moindre petit détail sur elle, tous les souvenirs et les moments qu'ils avaient passés ensemble. Aussi étonnant que cela puisse paraître, il ne gardait que les choses positives. Mise à part la rupture, il ne voulait garder que le meilleur. Il n'était pas rare qu'il rêve d'elle, de sa voix sensuelle, de ses douces formes, de son corps parfait. Sabian vivait très mal cette séparation et s'était quelque peu renfermé sur lui même. Attiré par l'interdit, il avait du mal à se contenir et à ne pas débarquer chez elle et lui sauter dessus. En fait, il ignorait les raisons exactes de leur rupture et ça le bouffait. Le jeune homme s'était remis de nombreuse fois en question, en vain. Il avait beau chercher ce qu'il avait fait de mal, il ne voyait pas. Depuis qu'ils s'étaient quittés, son amour pour elle n'avait pas décliné, bien au contraire. Il avait vécu le bonheur d'être à ses côtés. En sa présence, il avait de l'importance et savait qu'elle ne le jugeait. Sabian avait perdu beaucoup et ne voulait pas se résigner à la laisser partir de son esprit. Il gardait au fond de lui l'espoir de la retrouver un jour. Et ce soir particulièrement, il touchait au but. Le bipolaire ne réalisait pas du tout ce qu'il était en train de vivre. Ses lèvres contre celles de sa belle. Il l'embrassait, enfin. Un tas d'émotions vinrent envahir son corps, pour une fois c'était des émotions positives. Le bonheur de la retrouver, l'envie charnelle de sentir ses lèvres douces et sensuelles, le besoin d'elle dans sa vie et la consécration ultime de passer un moment privilégié en sa compagnie. Il savourait ce baiser, il se délectait de la sentir près de lui, de pouvoir sentir de nouveau son odeur. Sabian était comme un fou à l'intérieur. Il ne réalisait pas du tout qu'il embrassait Eugenia. Une main sur sa joue, l'autre sur sa taille, il reprenait ce qui lui appartenait. Comme si ils ne s'étaient jamais quittés, le beau brun ne voulait plus quitter ses lèvres. Pourtant, ce magnifique baiser prit fin. Elle le regarde avec son petit air coquin, il est faible et ne pourra pas résister bien longtemps. La rouquine lui proposa de prendre une douche chaude mais surtout, elle le supplia de rester cette nuit. Ils voulaient se retrouver, ils en avaient besoin. « Je n'ai pas l'intention de partir. » dit-il avec un petit sourire en coin. Sabian était bien, il ne pensait à rien sauf au moment qu'il était en train de passer. Il ne voulait pas tout gâcher et honnêtement, sa bipolarité semblait tellement loin à présent. Il n'y avait qu'elle qui comptait à cet instant précis. Eugenia fit une petite remarque sur le fait qu'elle aimait l'embrasser. « Et moi dont » dit-il avant de venir l'embrasser passionnément. Rien a voir avec le précédent baiser, on pouvait là sentir toute la passion qui l'animait. Sabian avait brisé la glace, comme si rien de tout ça ne s'était passé, comme s'ils étaient toujours ensemble. Cela paraissait tellement normal. « Putain ça m'a manqué  » dit-il, le souffle coupé. Sans quitter ses lèvres, Sabian savourait cette instant excitant. Lentement, il passa sa main dans le dos de sa belle. Il voulait la redécouvrir, sa peau si blanche et pure l'avait manqué. A cet instant précis, il était comme un fou près à tout pour la faire sienne. Ces baisers avaient réveillés ses plus pulsions les plus primaires. Elle lui avait tellement manqué, il avait envie d'elle. Les yeux toujours fermés, il se délectait de ce baiser langoureux. Le désir d'elle, l'envie d'aller plus loin de ne le quittait pas. Se connaissant, il savait qu'il aurait du mal à résister à ce jeter sur elle. Si cela ne tenait qu'à lui, Sabian lui aurait déjà enlevé tous ses vêtements. Une petite voix lui vint à son esprit, la voix de la sagesse. Brutalement, le jeune homme se recula, encore sous le coup de l'émotion procuré par ces baisers. Il respectait énormément Eugenia et ne pouvait pas se comporter comme il était en train de le faire. Non, non. Il brûlait d'envie de lui faire l'amour mais il ne pouvait pas. Leur relation était compliquée et cela ne ferait qu'empirer tout. Ils étaient en train d'agir impulsivement, comme deux adolescents à la recherche des émotions, cédant à leurs pulsions. Non, Sabian ne devait pas agir comme un connard, pas encore. On lui avait assez reproché ça.  « Ouais... Tu... Tu as raison... Je vais prendre une douche, ça me calmera les esprits... » bredouilla-t-il avant d'entrer dans la salle de bain et de fermer la porte derrière lui. Sabian connaissait les lieux, il avait presque élu domicile lorsqu'ils étaient ensemble. Une fois dans la salle de bain, il alla jusqu'au lavabo. Le beau brun enleva son manteau trempé et le jeta sur le radiateur. Il ouvrit le robinet et laissa couler un filet d'eau froide. Sabian s'appuya sur le lavabo et baissa la tête avant de soupirer. Il était bouillant, il ne savait pas quoi faire. Il joint ses mains pour y récolter de l'eau froide, qu'il vint claquer sur son visage. Il avait du mal à se contrôler face à elle. L'embrasser était tellement délectable mais il restait convaincu que ce n'était pas une bonne idée. Il savait pertinemment que si ils allaient plus loin ce soir, il ne pourrait plus s'en séparer et allait souffrir encore plus. Après tout, il ignorait toujours la raison de leur séparation.

____________


what comes from the heart will go to the heart
They put the world in a tin can black market contraband and it hurt just a little bit. When they sliced and packaged it in a long black trench coat. Two hands around the throat. Oh you wanna get it right sometimes. There's so much to be scared of. And not much to make sense of, how did the crowns ever get control.
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ● queen elisabeth II
avatar


Messages : 852
Date d'inscription : 11/08/2014
Prénom, pseudo : Lucy ou Ginny
Avatar : Emma Stone
Multicomptes : Non
Crédits : #ginny




MessageSujet: Re: ∞ love is one kind of abstraction, you are my lost abstraction (sabienia)   Sam 1 Nov - 22:23

A. Eugenia Penderghast & Sabian Hawkins

J'ai un peu de mal à croire qu'il est ici dans mon appartement.. deux pas de moi.. là tout près.. proche. Je ne sais pas comment je dois faire, comment je dois réagir. Je lui en veux otujours un peu pour cette soirée avec Ambre, cette soirée où il n'est même pas venu me voir, il n'a pas pris la peine de s'inquiéter. Je lui en veux oui, une part de moi ne comprend pas, n'a pas tellement digéré. Mais est-ce que je peux lui en vouloir ? On n'est pas en couple, il a su me le dire.. il a su me dire que nous n'étions pas en couple et donc par conséquent qu'il pouvait faire un peu ce qu'il voulait.. Mais il l'a fait sous mon nez c'était pour me faire du mal je le sais, maintenant.. et c'est vrai que j'ai eu très mal. au point d'avoir encore cette phobie de m'engager avec lui. Pourrait-il me faire du mal si on retentait ? Je tremble un peu là.. il s'approche de moi, on partage notre premier baiser depuis des mois. Il m'a manqué c'est dingue, je me sens revivre, mon coeur tambourine.. il veut sortir. C'était pourtant qu'un simple baiser, doux, sensuel. Mais ça réveil chez moi des envies plus profondeur.. Je tente de les freiner mais le compromis est difficile.. il me tient contre lui et je me faufilerais volontiers un peu plus contre lui. Je le laisse m'embrasser une nouvelle fois, c'est fou ça m'avait affreusement manqué qu'il m'embrasse de la sorte et je crois que j'en ai encore envie, je n'ai pas eu ma dose, pas encore. Il faut pas qu'il s'arrête pourtant. en sentant qu'il tremble un peu, c'est moi qui m'arrête en lui proposant peut-être une douche pour qu'il puisse se réchauffer. J'en profite aussi pour lui demander de rester.. je ne veux pas qu'il parte aussitôt arriver.. c'est un peu chez lui ici.. maintenant il vit dans une confrérie.. il est loin avec une fille.. qui dort dans sa chambre, je trouve cela assez intime et j'avoue que je n'aime pas du tout cette idée. Je suis jalouse c'est affreux. C'est cette peur là.. qu'il trouve mieux qu'une pauvre fille qui doute de tout dès qu'il s'agit de sentiments forts. Je ne peux pas m'empêcher de trembler un peu.. je suis un peu paumée je dois avouer. Mais c'est lui, je crois que c'est juste l'évidence. Je souris légèrement, je lui avoue alors que ses baisers m'ont affreusement manqué.. Mais apparemment je ne suis pas la seul.. il reprend mes lèvres d'assaut. Je répond avec ardeur au baiser, je m'en fiche sur le moment des conséquences.. je sens sa langue glisser sur la mienne, ses lèvres danser avec les miennes. Mais d'un coup... plus rien.. j'ai peut-être fait quelque chose de mal je ne sais pas, je suis un peu perdue là.. il s'est écarté de moi comme si j'étais une chose horrible pour lui.. pourquoi je suis aussi parano à imaginer qu'il puisse juste en voir une autre dans sa vie.. et pourquoi je l'imagine immédiatement blonde ? Il m'avoue qu'il va aller prendre sa douche pour le coup.. Je déglutis.. Je fais un léger oui de la tête mais il est déjà en train de monter à la salle de bain. Je passe derrière le plan de travail et en deux minutes je range mes courses avant de perdre certain aliments frais. Je me prend trop la tête, si je le laisse partir.. je perd tout.. pas question.. il faut que j'arrive à dépasser mes craintes, il faut que je passe outre, que j'avance, qu'on avance, cette situation c'est carrément le bordel ce que je veux c'est juste qu'on arrête ce cinéma.. qu'on se dise les choses, les sentiments qui nous habitent. Je monte alors à l'étage, j'ouvre cette porte de la salle de bain.. il est là.. Je le regarde par la glace.. Je le sens un peu perdue par cette attitude de ma part. Je referme derrière moi la porte.. Puis d'une pulsion, je m'approche de lui et je récupère ses lèvres avec toute la passion qu'on avait out à l'heure. " on parlera après.. s'il te plait "

 
[

____________



LOVE DISASTER
So can you see the branches hanging over me? Can you see the love you left inside of me? in my face can you see? Through the trees I will find you; I will heal the ruins left inside you. Cuz I'm still here breathing now I'm still here breathing now...I'm still here breathing now...until I'm set free. Go quiet through the trees.
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ● louisette
avatar


Messages : 429
Date d'inscription : 11/10/2014
Prénom, pseudo : .soulmates, louise
Avatar : t. james
Multicomptes : aucun pour le moment
Crédits : .soulmates (signature) moonstone (avatar)




MessageSujet: Re: ∞ love is one kind of abstraction, you are my lost abstraction (sabienia)   Sam 1 Nov - 23:10


____________


what comes from the heart will go to the heart
They put the world in a tin can black market contraband and it hurt just a little bit. When they sliced and packaged it in a long black trench coat. Two hands around the throat. Oh you wanna get it right sometimes. There's so much to be scared of. And not much to make sense of, how did the crowns ever get control.
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ● queen elisabeth II
avatar


Messages : 852
Date d'inscription : 11/08/2014
Prénom, pseudo : Lucy ou Ginny
Avatar : Emma Stone
Multicomptes : Non
Crédits : #ginny




MessageSujet: Re: ∞ love is one kind of abstraction, you are my lost abstraction (sabienia)   Dim 2 Nov - 0:16

A. Eugenia Penderghast & Sabian Hawkins



 

____________



LOVE DISASTER
So can you see the branches hanging over me? Can you see the love you left inside of me? in my face can you see? Through the trees I will find you; I will heal the ruins left inside you. Cuz I'm still here breathing now I'm still here breathing now...I'm still here breathing now...until I'm set free. Go quiet through the trees.
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ● louisette
avatar


Messages : 429
Date d'inscription : 11/10/2014
Prénom, pseudo : .soulmates, louise
Avatar : t. james
Multicomptes : aucun pour le moment
Crédits : .soulmates (signature) moonstone (avatar)




MessageSujet: Re: ∞ love is one kind of abstraction, you are my lost abstraction (sabienia)   Mar 4 Nov - 22:13


____________


what comes from the heart will go to the heart
They put the world in a tin can black market contraband and it hurt just a little bit. When they sliced and packaged it in a long black trench coat. Two hands around the throat. Oh you wanna get it right sometimes. There's so much to be scared of. And not much to make sense of, how did the crowns ever get control.
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ● queen elisabeth II
avatar


Messages : 852
Date d'inscription : 11/08/2014
Prénom, pseudo : Lucy ou Ginny
Avatar : Emma Stone
Multicomptes : Non
Crédits : #ginny




MessageSujet: Re: ∞ love is one kind of abstraction, you are my lost abstraction (sabienia)   Mer 5 Nov - 0:39

[quote="A. Eugenia Penderghast"]
A. Eugenia Penderghast & Sabian Hawkins



 

____________



LOVE DISASTER
So can you see the branches hanging over me? Can you see the love you left inside of me? in my face can you see? Through the trees I will find you; I will heal the ruins left inside you. Cuz I'm still here breathing now I'm still here breathing now...I'm still here breathing now...until I'm set free. Go quiet through the trees.
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ● louisette
avatar


Messages : 429
Date d'inscription : 11/10/2014
Prénom, pseudo : .soulmates, louise
Avatar : t. james
Multicomptes : aucun pour le moment
Crédits : .soulmates (signature) moonstone (avatar)




MessageSujet: Re: ∞ love is one kind of abstraction, you are my lost abstraction (sabienia)   Mer 5 Nov - 22:02


____________


what comes from the heart will go to the heart
They put the world in a tin can black market contraband and it hurt just a little bit. When they sliced and packaged it in a long black trench coat. Two hands around the throat. Oh you wanna get it right sometimes. There's so much to be scared of. And not much to make sense of, how did the crowns ever get control.
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ● queen elisabeth II
avatar


Messages : 852
Date d'inscription : 11/08/2014
Prénom, pseudo : Lucy ou Ginny
Avatar : Emma Stone
Multicomptes : Non
Crédits : #ginny




MessageSujet: Re: ∞ love is one kind of abstraction, you are my lost abstraction (sabienia)   Ven 7 Nov - 0:22

A. Eugenia Penderghast & Sabian Hawkins

Ses lèvres ralentissent sur ma bouche.. son corps dans le mien, c'est puissant, tout ce que j'attendais. l'entendre gémir.. contre moi comme ça, c'est plaisant.. je sens son corps frémir, son coeur battre, je le vois vivant et c'est comme ça que les choses doivent-être, pas autrement, il faut que tout soit aussi fort entre nous. C'est puissant, je l'aime à un niveau impossible à comprendre. Je ne vais pas le laisser partir, j'ai besoin de lui, besoin d'avancer, je ne peux pas le laisser, parce que c'est comme si nous étions faits pour être l'un avec l'autre, ensemble on est si parfaits comme ça.. ce moment est magique. Je n'aurais pas rêvé meilleure soirée. Je ne réalise pas vraiment d'ailleurs ce qui se passe. J'ai envie de rire, pleurer.. l'embrasser, jouir.. tout un tas d'émotions qu'il me donne.. m'offre, c'est fort, génial. Tout ralentit à ce moment où nous formons une symbiose parfaite une orgasme à nous deux. Je le serre contre moi le plus possible. Il gémit une dernière fois en écho avec moi.. je le sens en moi. je le sens m'enivrer.. mon souffle est court, je me rend compte de ce que je lui ai dit et de ce qu'il n'a pas fait. Pourtant je n'ai pas tant peur de ses sentiments. Il ne me l'a jamais dit clairement.. seulement lorsqu'il a frôlé la mort.. Mais je sais que cette façon de m'embrasser de me faire l'amour.. de vivre ce moment avec moi c'est ça qui fait qu'il m'aime.. il ne serait surement pas là sinon.. Et puis il finit par parler, sa respiration hachurée.. son front contre le mien.. je le suis dans ce petit rire.. c'est l'euphorie du moment la fierté de ce que l'on vient d'accomplir.. ce sentiments de béatitude qui nous envahit.. comment on peut croire qu'on n'est pas fait l'un pour l'autre, n'est-ce pas assez explicite ? Il relâche mes cuisses, je retouche le vole, je perd cette impression de voler dans ses bras mais ce n'est pas grave, on sait que ce genre de moment possède une fin. Je déglutis.. je me mord la lèvre, il reste un peu contre moi.. pas trop loin, il me manquerait déjà ? Bon sang cette addiction n'est pas faite pour moi.. si je le fais souffrir.. NON, interdiction de ce mettre une pression, je l'aime, le perdre serait me perdre et peut-être qu'il est le seul à pouvoir éloigner ma folie meurtrière. Comme moi avec lui parfois. Il referme le robinet, la chaleur de l'eau manquante je frissonne. Je souris à mon partenaire, plus que ça mon âme soeur.. je suis partagée toujours.. je souris à sa réplique. " tu ne me quittes plus maintenant, je te l'interdis Sabian Hawkins ! " Je souris malicieusement. Je me glisse entre lui et le carrelage du mur de la salle de bain et j'attrape deux serviettes. Je lui envoie la sienne maladroitement en riant légèrement. Je le tire à moi en faisant attention. Je récupère ses lèvres droguie par l'amour. J'inspire profondément.. j'enroule la serviette autour de moi, je commence à avoir froid. Le miroir est plein de buée, la question c'est, est-ce que c'est nous ou l'eau ? Je lui vole un baiser avant de sécher mon corps mais je ne prend pas le temps de m'habiller.. plus la peine.. " J'ai faim, pas toi ? " J'ouvre la porte de la salle de bain.. brouh il fait froid mais je ne montre rien, ça tuerait mon moment de sex attitude. Je me retourne deux secondes pour lui lancer un regard du genre, on en a pas finit.. parce qu'on en a pas tellement fini.. bien que j'ai réellement faim. Je descend dans la cuisine, je fais au placard.. J'attrape ce pot de pâtes à tartiner.. Je me retourne en voyant que Sabian est venu.. Je suis nue.. j'ouvre le pot, je trempe mon doigts et je le porte sensuellement à ma bouche en le suçant de manière provocante, tout cela sans quitter son regard.. alors Sabian tu résistes, tu n'as plus faim ?

 

____________



LOVE DISASTER
So can you see the branches hanging over me? Can you see the love you left inside of me? in my face can you see? Through the trees I will find you; I will heal the ruins left inside you. Cuz I'm still here breathing now I'm still here breathing now...I'm still here breathing now...until I'm set free. Go quiet through the trees.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: ∞ love is one kind of abstraction, you are my lost abstraction (sabienia)   

Revenir en haut Aller en bas
 

∞ love is one kind of abstraction, you are my lost abstraction (sabienia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Such is life ::  :: South East :: Residential area-